#VeilleÉducative de la semaine 2019-37

Orientation • Sport scolaire • Regards sur l’éducation 2019

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°33 du 12 septembre 2019, on retiendra :

Voies d’orientation au lycée

Un arrêté précise les voies d’orientation au lycée.
À l’issue de la classe de troisième :
– la classe de seconde générale et technologique ou la classe de seconde à régime spécifique sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration (STHR)
– la classe de seconde professionnelle
– la première année du cycle de deux ans conduisant à une spécialité de certificat d’aptitude professionnelle ou de certificat d’aptitude professionnelle agricole
À l’issue de la classe de seconde générale et technologique ou de la classe de seconde à régime spécifique STHR, les classes de première puis de terminale :
– de la voie générale qui préparent au baccalauréat général
– des diverses séries de la voie technologique qui préparent au baccalauréat technologique préparant au brevet de technicien métiers de la musique
Voies d’orientation

Regards extérieurs

L’école et le sport : une ambition à concrétiser
Rapport de la cour des comptes • 12 septembre 2019
Le sport à l’école combine l’enseignement obligatoire de l’éducation physique et sportive (EPS), pour 12,4 millions d’élèves, et le sport scolaire facultatif, qui concerne 2 millions de jeunes. L’enseignement de l’EPS, qui mobilise 4 Md€ et 37 000 enseignants, est le premier poste de dépenses de l’État en matière sportive.
La Cour a déjà constaté, en 2013, la distance entre le sport scolaire et le monde sportif, dont les attentes et les pratiques sont éloignées de la conception et de la mise en œuvre de l’instruction physique. Faute de stratégie de développement de la pratique sportive à l’école, ces deux univers demeurent cloisonnés, tandis que les interventions de l’État et des collectivités territoriales ne sont pas suffisamment coordonnées. Au total, le parcours sportif fragmenté des élèves ne permet pas de remédier aux disparités qui font obstacle à l’égale réussite de tous les élèves.
La Cour formule 11 recommandations pour renforcer l’EPS, revitaliser l’organisation du sport scolaire, faciliter les liens entre l’école et le sport, et doter cette politique d’objectifs vérifiables.
Lire le rapport
Regards sur l’éducation 2019
Les indicateurs de l’OCDE • septembre 2019
Regards sur l’éducation est la publication de référence sur l’état de l’éducation dans le monde. Elle fournit des données clés sur la structure, le financement et la performance des systèmes d’éducation des pays de l’OCDE, ainsi que d’un certain nombre de pays partenaires. Avec plus de 100 tableaux et graphiques – et des liens vers de nombreuses données supplémentaires sur notre base de données consacrée à l’éducation – cette publication présente des données clés sur les résultats des établissements d’enseignement ; l’impact de l’apprentissage dans les différents pays ; l’accès, la participation et la progression au sein des systèmes d’éducation ; les ressources financières investies dans l’éducation ; et les enseignants, l’environnement d’apprentissage et l’organisation scolaire.L’édition 2019 inclut un éclairage spécifique sur l’enseignement tertiaire, avec de nouveaux indicateurs sur le taux de réussite à ce niveau, sur les doctorants et leurs perspectives sur le marché du travail, sur les systèmes d’admission dans l’enseignement tertiaire, ainsi qu’un chapitre dédié au quatrième Objectif de développement durable.
Regards sur l’éducation 2019
Publicités

#VeilleÉducative de la semaine 2019-36

Rentrée scolaire • Cités éducatives • Protection des personnels • Lutte contre la violence scolaire • Formation des enseignants

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Rentrée scolaire 2019

Le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse a présenté, le mercredi 4 septembre 2019, une communication relative à la rentrée scolaire.
Cette rentrée est l’occasion de poursuivre la concrétisation des mesures décidées en début de quinquennat, et d’amplifier les réformes pour faire de l’égalité des chances une réalité pour tous les jeunes.
La mesure de dédoublement de l’ensemble des classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire arrive à maturité. Désormais 300000 élèves, soit 20 % des enfants d’une classe d’âge, issus de familles majoritairement défavorisées, bénéficient d’un suivi pédagogique renforcé qui va leur permettre de maîtriser les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter et respecter autrui). Cette ambitieuse politique d’égalité des chances se poursuivra jusqu’en 2022 avec le dédoublement des grandes sections de maternelle.
La loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance donne une ampleur nouvelle à ce qui a été engagé depuis deux ans. L’école maternelle, levier essentiel de lutte contre les inégalités, est consolidée par l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à trois ans. La prise en charge à l’école des élèves en situation de handicap est aussi significativement améliorée. Outre l’accueil de 23 500 nouveaux élèves et le recrutement de 4 500 accompagnants supplémentaires, un véritable service de la scolarisation d’élèves en situation de handicap se met en place.
Cette rentrée est aussi celle du nouveau lycée professionnel, général et technologique. Les élèves qui entrent en seconde professionnelle en ce mois de septembre sont les premiers à bénéficier des opportunités offertes par la réforme :
– secondes organisées en famille de métiers
– cours en co-intervention
– cours en demi-groupe plus nombreux
Au lycée général et technologique, les élèves suivent désormais des enseignements communs qui leur assurent une culture générale du XXIe siècle. Cette année, les élèves de première ont pu choisir trois enseignements de spécialité en fonction de leurs goûts et de leur projet. 47,7 % d’entre eux ont fait des choix ne correspondant à aucune des trois anciennes séries.
La mise en œuvre de la réforme des lycées fera l’objet d’échanges constants avec les partenaires. Depuis la semaine dernière, les organisations syndicales sont reçues afin d’approfondir la réflexion engagée sur l’amélioration des conditions de travail des personnels. En cette rentrée, un plan de lutte contre les violences en milieu scolaire vise à sécuriser l’espace scolaire et ses abords pour protéger les élèves et les personnels, et surtout pour agir contre toute atteinte à l’autorité des professeurs.
La transmission des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et d’engagement est essentielle pour permettre aux élèves d’être des acteurs du monde de demain. C’est pourquoi le ministère accompagne l’engagement des jeunes pour le climat et met en œuvre dès cette année les 8 mesures proposées par les élus lycéens au printemps dernier. Ainsi, 250 000 éco-délégués, un par classe de collège et de lycée, seront élus à la fin du mois de septembre. D’ici décembre, toutes les écoles et tous les établissements devront avoir formalisé un projet pour la biodiversité ou de lutte contre le réchauffement climatique.
Source : Gouvernement
80 territoires lauréats du label « Cités éducatives » pour faire des quartiers défavorisés des lieux de réussite républicaine

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, ont dévoilé la liste des 80 territoires labellisés Cité éducative. L’État les accompagnera avec près de 100 millions d’euros engagés sur les trois prochaines années et l’engagement de toute la communauté éducative. Dès la rentrée 2019, une enveloppe sera déléguée par cité éducative pour soutenir la dynamique. L’ambition des Cités éducatives : fédérer tous les acteurs des quartiers prioritaires de la politique de la ville afin d’en faire des lieux de réussite républicaine.

Protection des personnels : une priorité pour l’éducation nationale

Depuis mai 2017, la protection des personnels est une priorité. Une réponse systématique à chacun des faits de violence commis dans l’enceinte scolaire doit être apportée. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a engagé un plan d’action global en cinq points visant à préserver l’École de toute forme de violence et à apporter un soutien sans faille aux professeurs.
Protéger l’école, sécuriser l’espace scolaire et les abords des établissements
Renforcer la réponse aux incivilités dans les collèges et les lycées

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°33 du 5 septembre 2019, on retiendra :
Plan de lutte contre les violences scolaires
Le respect d’autrui s’apprend d’abord par :
– les enseignements dispensés par les professeurs
– une éducation quotidienne qui passe par le respect des règles élémentaires de civilité et du règlement intérieur
Chaque agression, chaque insulte, chaque incivilité doit être signalée et sanctionnée. Il ne saurait être transigé avec ce principe, a fortiori si ces actes sont dirigés contre un représentant de l’autorité publique, qu’il soit professeur ou personnel de l’éducation nationale. L’institution scolaire doit poursuivre son travail de prévention mais aussi apporter des réponses concrètes pour répondre à ces situations et prendre en charge les élèves poly-exclus.
Une circulaire est consacrée :
– au renforcement des procédures disciplinaires et de leur suivi dans les collèges et les lycées
– au renforcement de la protection des personnels
– à la prise en charge les élèves hautement perturbateurs et poly-exclus
– aux organisations adaptées aux enjeux
Prévention et prise en charge des violences en milieu scolaire

Les modalités de convocation des membres du conseil de discipline des établissements du second degré sont modifiées à la rentrée 2019.
Discipline dans les établissements d’enseignement du second degré et les établissements d’État relevant du ministère chargé de l’éducation nationale

La durée de conservation des sanctions dans le dossier administratif de l’élève est augmentée de façon proportionnée à la gravité de la sanction.
Discipline dans les établissements d’enseignement du second degré relevant du ministère chargé de l’éducation nationale et du ministère chargé de la mer

L’autorité académique peut inscrire d’office dans une classe relais un élève ayant fait l’objet d’une décision d’exclusion définitive de son établissement.
Inscription dans une classe relais d’un élève ayant fait l’objet d’une exclusion définitive d’un établissement scolaire du second degré

Regards extérieurs

Commencer à se former pour enseigner
Dossier de veille de l’IFÉ n° 131, septembre 2019
Ce Dossier fait le point sur un certain nombre de recherches et de rapports récents consacrés à la formation des enseignant.e.s, et plus particulièrement à leur formation initiale. Sans chercher l’exhaustivité, il se concentre sur la construction des liens entre les modalités de formation et les difficultés du métier enseignants : de quelle façon la formation initiale peut-elle faciliter leurs premiers pas dans le métier et leur insertion professionnelle ?
La première partie est consacrée au défi d’apprendre un métier de plus en plus complexe : elle cherche à cerner ce que la recherche nous apprend sur les caractéristiques des enseignant.e.s débutant.e.s, puis s’intéresse aux dispositifs de formation initiale, d’une grande variété, qui tentent de répondre aux besoins de formation identifiés chez les enseignant.e.s novices. La seconde partie s’intéresse quant à elle aux structures et aux organisations qui pourraient permettre de repenser la formation initiale. Elle met en valeur les pistes pour envisager une formation initiale centrée sur le métier, les recherches en formation centrées sur l’activité enseignante, et pointe l’intérêt, pour améliorer la formation initiale des enseignant.e.s, de professionnaliser la formation ainsi que les formateurs et formatrices.
Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF)

#VeilleÉducative de la semaine 2019-35

Rentrée scolaire 2019 • Transition écologique • Obligation scolaire • Troisième « Prépa-métiers » • RERS 2019

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Rentrée scolaire 2019 : une année scolaire sous le signe de la réussite

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, a présenté les priorités de l’année scolaire 2019-2020, le mardi 27 août. L’année 2019-2020 est placée sous le signe de la réussite de tous et des défis de notre époque : défi de l’égalité des chances, défi du bien-être au travail des personnels et défi environnemental.
Télécharger le dossier de présentation « Réussir : année scolaire 2019-2020 »

 

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°31 du 29 août 2019, on retiendra :

Transition écologique

La lutte contre le réchauffement climatique ainsi que la protection de l’environnement et de la biodiversité impliquent une mobilisation forte, efficace et pérenne de l’ensemble de notre société, et des évolutions profondes des comportements individuels et collectifs, dans la perspective des objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations unies.
Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse est un acteur privilégié de la transition écologique dans ces deux dimensions :
– il assure l’éducation de tous les élèves au développement durable et au respect de l’environnement
– il participe effectivement à cette transition en permettant de conjuguer les gestes quotidiens des élèves et des personnels et l’effet de masse de ses quelque 60 000 implantations
Un plan d’actions autour de huit axes est lancé après deux mois de travaux, notamment avec les lycéens. Une circulaire en détaille les modalités de mise en œuvre. Ce plan doit associer un fort investissement pédagogique et, dans chaque école ou établissement, des actions concrètes et adaptées aux réalités territoriales.
Généralisation de l’éducation au développement durable – EDD 2030
Obligation scolaire
L’âge de début de l’instruction obligatoire a été abaissé. Un ensemble de décrets apporte des précisions sur :
– la possibilité de scolariser, à titre dérogatoire, des enfants soumis à l’instruction obligatoire dans des établissements d’accueil collectif dits « jardins d’enfants »et les mesures relatives au contrôle de – l’obligation, de la fréquentation et de l’assiduité des enfants
– les modalités du contrôle de l’acquisition des connaissances et des compétences requises par les enfants instruits dans la famille ou dans les établissements d’enseignement privés hors contrat
– les conditions dans lesquelles peut être autorisé un aménagement du temps de présence à l’école maternelle d’un enfant scolarisé en petite section
Classe de troisième dite « prépa-métiers »
Un cadre national applicable à la classe de troisième dite « prépa-métiers » est défini dans une note de service. Cette classe s’adresse tout particulièrement à des élèves volontaires qui, à l’issue de la classe de quatrième, souhaitent découvrir puis explorer plusieurs métiers pour construire leur projet d’orientation, en particulier vers la voie professionnelle. Elle s’inscrit dans le cadre de la personnalisation de leur parcours scolaire. Les classes « prépa-métiers » se substituent à la rentrée 2019 aux classes de troisièmes « prépa-pro ». Elles sont implantées en collège, lycée professionnel ou lycée polyvalent.

Publication

Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche 2019
Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, Repères et références statistiques réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en onze chapitres et 180 thématiques pour l’édition 2019, RERS apporte des éclairages nouveaux en fonction de l’actualité et des derniers résultats d’études.
RERS 2019

#VeilleÉducative de la semaine 2019-32

Loi de transformation de la fonction publique

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Publication de la loi de transformation de la fonction publique : vers un nouveau contrat social avec les agents et les employeurs publics

Élaboré dans le cadre d’une année entière de concertation avec les organisations syndicales représentatives et les représentants des employeurs publics, le texte a été significativement enrichi lors de son examen parlementaire (95 articles au final, contre 36 dans le texte initial du Gouvernement) et validé sans réserve le 1er août dernier par le Conseil Constitutionnel.
La loi de transformation de la fonction publique opère une profonde simplification du cadre de gestion des agents publics. Elle apporte de nouvelles souplesses aux élus et encadrants pour améliorer la qualité et l’efficacité des services publics dans les territoires. Elle améliore les droits sociaux des agents publics, dans le sens d’une plus grande équité entre les agents de la fonction publique et avec le secteur privé. Elle conforte le cadre déontologique applicable aux agents publics et promeut la transformation de la haute fonction publique et son exemplarité, notamment en termes de rémunération. Elle renforce l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et favorise l’insertion professionnelle et les parcours professionnels des personnes en situation de handicap.
Plusieurs dispositions du texte entrent en vigueur avec sa publication, notamment :
– L’harmonisation du temps de travail au sein de la fonction publique et avec le secteur privé ;
– Le dispositif permettant, par la négociation et la conclusion d’un accord, de définir les conditions minimales d’exercice de certains services publics en cas de grève des agents publics dans la fonction publique territoriale ;
– Les nouvelles règles applicables aux fonctionnaires momentanément privés d’emploi dans la fonction publique territoriale ;
– La suppression du jour de carence pour maladie pour les femmes enceintes et le maintien du régime indemnitaire des agents territoriaux lors des congés de maternité, de paternité ou d’adoption à l’instar des règles applicables dans les deux autres versants;
– L’alignement des règles de rémunération des apprentis du secteur public sur celles du secteur privé et la sécurisation du recrutement d’apprentis dans les filières paramédicales.
Les autres dispositions entreront en vigueur, pour l’essentiel, au 1er janvier 2020, notamment la suppression de la compétence des commissions administratives paritaires pour les mutations, le recours élargi au contrat sur les emplois de direction et les emplois permanents de catégorie A, B et C, le contrat de projet, le dispositif de rupture conventionnelle, le congé de proche aidant, l’entretien de carrière pour les agents exposés à un risque d’usure professionnelle, les garanties accordées aux agents publics à l’occasion d’une restructuration, notamment dans le cadre des plans de départ volontaire, ou encore l’ensemble des leviers permettant de supprimer les écarts de rémunération et de déroulement de carrière entre les femmes et les hommes ou de mieux prévenir et traiter les situations de violences sexistes ou sexuelles dans la fonction publique.
Le secrétaire d’État présidera le 5 septembre prochain une réunion de présentation du chantier réglementaire, à laquelle l’ensemble des organisations syndicales représentatives et des représentants des employeurs publics sont conviés. La réunion doit permettre d’échanger sur le calendrier et la méthodologie retenue pour publier les textes d’application dans les six prochains mois. Une cinquantaine de décrets sont nécessaires. Les ordonnances bénéficient quant à elles de délais d’élaboration plus longs et seront précédées de phases de concertations spécifiques. Les trois directions générales – direction générale de l’administration et de la fonction publique, direction générale des collectivités locales et direction générale de l’offre de soins – sont pleinement mobilisées pour la réussite de cette nouvelle étape de la transformation de la fonction publique.
Loi de transformation de la fonction publique

#VeilleÉducative de la semaine 2019-31

Loi pour une École de la confiance

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Promulgation de la loi pour une École de la confiance

La loi pour une École de la confiance repose notamment sur les mesures suivantes :
• l’abaissement de l’instruction obligatoire à l’âge de 3 ans permettra à 25 000 enfants supplémentaires, dès la rentrée 2019, de suivre les enseignements dispensés à l’école maternelle. Véritable école du langage, la maternelle est une étape fondamentale dans les apprentissages. La richesse du vocabulaire, l’épanouissement intellectuel et la visite médicale dont bénéficieront ainsi tous les enfants avant 6 ans sont essentiels pour l’égalité entre les filles et les garçons
• l’obligation de formation jusqu’à l’âge 18 ans à partir de la rentrée 2020 est un moyen nouveau de combattre le décrochage scolaire et l’exclusion sociale des jeunes les plus fragiles. Elle concerne 56 000 jeunes mineurs qui ne sont ni en études, ni en formation ni en emploi
• le pré-recrutement des enseignants permettra aux étudiants qui le souhaitent d’entrer progressivement dans la carrière de professeur. Ils se verront peu à peu confier des missions pédagogiques et d’enseignement avec un contrat rémunéré, cumulable avec les bourses universitaires
• la création d’un service public de l’École inclusive à partir de la rentrée 2019 opère un véritable changement de paradigme plutôt qu’une simple réorganisation de l’accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers. Elle repose notamment sur une amélioration significative des conditions de recrutement, de formation et de travail des personnels.
LOI n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance
Journal Officiel du 28 juillet 2019

#VeilleÉducative de la semaine 2019-30

Baccalauréat 2021 • Programmes d’enseignement • École du socle

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°30 du 25 juillet 2019, on retiendra :

Baccalauréats général et technologique

Les modalités d’organisation du contrôle continu conduisant à l’obtention du baccalauréat général et technologique applicables à compter de la session 2021 du baccalauréat sont publiées. Le contrôle continu concerne les classes de première des voies générale et technologique à compter de la rentrée 2019 et les classes de terminale à compter de la rentrée 2020.
Sont précisés :
– la composition de la note de contrôle continu
– l’évaluation chiffrée annuelle des résultats des élèves
– les épreuves communes de contrôle continu
Modalités d’organisation du contrôle continu à compter de la session 2021
À noter :
Les programmes des disciplines d’enseignement du lycée sont parus au Bulletin Officiel Spécial n°8 du 25 juillet 2019 :
Abrogation de programmes d’enseignement de la classe terminale des voies générale et technologique
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921237A)
Programme d’enseignement moral et civique de la classe terminale des voies générale et technologique
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921244A)
Programme d’enseignement scientifique de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921241A)
Programme de l’enseignement d’histoire-géographie de la classe terminale de la voie générale et de la classe terminale de la voie technologique
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921243A)
Programme de l’enseignement de mathématiques de la classe terminale de la voie technologique
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921242A)
Programme de l’enseignement de philosophie de la classe terminale de la voie générale et de la classe terminale de la voie technologique
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921238A)
Programme de l’enseignement de spécialité d’arts des classes de première et terminale de la voie générale : modification
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921245A)
Programme de l’enseignement de spécialité d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921254A)
Programme de l’enseignement de spécialité d’humanités, littérature et philosophie de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921255A)
Programme de l’enseignement de spécialité de langues, littératures et cultures étrangères et régionales de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921256A)
Programme d’enseignement de spécialité de littérature et langues et cultures de l’Antiquité de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921257A)
Programme de l’enseignement de spécialité de mathématiques de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921246A)
Programme de l’enseignement de spécialité de numérique et sciences informatiques de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921247A)
Programme de l’enseignement de spécialité de physique-chimie de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921249A)
Programme de l’enseignement de sciences physiques, complément de l’enseignement de spécialité de sciences de l’ingénieur de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921269A)
Programme de l’enseignement de spécialité de sciences de la vie et de la Terre de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921252A)
Programme de l’enseignement de spécialité de sciences économiques et sociales de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921253A)
Programme des enseignements des classes de première et terminale conduisant au baccalauréat technologique série sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration (STHR) : modification
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921268A)
Programme des enseignements de spécialité des classes de première et terminale conduisant au baccalauréat technologique série sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D) : modification
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921261A)
Programme des enseignements de spécialité de la classe terminale conduisant au baccalauréat technologique série sciences et technologies de laboratoire (STL)
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921260A)
Programme des enseignements de spécialité de la classe terminale conduisant au baccalauréat technologique série sciences et technologies du management et de la gestion (STMG)
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921262A)
Programme des enseignements de spécialité de la classe terminale conduisant au baccalauréat technologique série sciences et technologies de la santé et du social (ST2S)
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921258A)
Programme de l’enseignement optionnel d’arts des classes de première et terminale des voies générale et technologique : modification
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921263A)
Programme de l’enseignement optionnel de droit et grands enjeux du monde contemporain de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921266A)
Programme de l’enseignement optionnel de langues et cultures de l’Antiquité de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921267A)
Programme de l’enseignement optionnel de mathématiques complémentaires de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921265A)
Programme de l’enseignement optionnel de mathématiques expertes de la classe terminale de la voie générale
arrêté du 19-7-2019 – J.O. du 23-7-2019 (NOR MENE1921264A)

Publication

Groupe d’études et d’expertise « École du socle »
Rapport conjoint IGEN / IGAENR – Mai 2019

Un groupe d’études et d’expertise composé de huit inspecteurs généraux a conduit une réflexion sur la continuité école-collège au cours de l’année 2018-2019. À partir des réponses à une enquête réalisée auprès des trente académies métropolitaines ou ultramarines et d’éléments recueillis à l’occasion de visites sur le terrain, ce rapport établit une cartographie nationale de l’existence, de l’historique, des modalités de mise en œuvre et des objectifs des projets d’écoles du socle.
L’expression « École du socle » apparaît officiellement dans les circulaires de préparation de rentrée 2011 et 2012. En 2011, une proposition de loi visait à créer à titre expérimental des « Établissements publics du socle commun », après qu’un projet de loi a concerné la création d’« Établissements publics d’enseignement primaire » en 2004. Ces projets avaient essentiellement pour objectif de doter les écoles de la personnalité morale et juridique.
L’initiation en 2014 et la formalisation des conventions ruralité par l’instruction n° 2016-155 du 11 octobre 2016 portant sur les écoles en zones rurales et de montagne a accéléré la dynamique de rapprochement école-collège dans les territoires ruraux isolés. Ce dispositif est en cours de déploiement sur le territoire métropolitain et beaucoup de projets d’écoles du socle sont actuellement suspendus à la signature ou au renouvellement de ces conventions.
De très nombreux rapports, études, publications ont déjà été produits sur ce sujet par l’éducation nationale et beaucoup d’autres institutions (Cour des comptes, Parlement, OCDE) ou organismes (associations, think tanks, etc.). Même si la réflexion n’est pas nouvelle, elle a bénéficié au cours de l’année scolaire 2018-2019 d’une actualité importante, comme le reflète la dernière livraison du rapport de l’OCDE Regards sur l’éducation 2018. Des expérimentations ont vu le jour depuis 2014 dans certaines académies et de nombreux projets sont actuellement à l’étude.
Le rapport d’inspection générale décrit les formes d’organisation nationales et internationales pouvant relever du concept d’école du socle, rappelle les différentes phases du contexte politique et soulève un certain nombre de questions dont les réponses relèvent de la décision politique.
Groupe d’études et d’expertise « École du socle », rapport IGENIGAENR n° 2019-041, mai 2019

 

#VeilleÉducative de la semaine 2019-29

Séquences d’observation • Voie Professionnelle • Apprentissage • Internat • Égalité filles garçons • Numérique éducatif

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°29 du 18 juillet 2019, on retiendra :

Séquences d’observation en milieu professionnel

Un décret prévoit que les élèves scolarisés en classes de quatrième et de troisième et au lycée peuvent effectuer des séquences d’observation en milieu professionnel, sans limite d’âge.
Séquences d’observation en milieu professionnel

Publications

La réussite au CAP et au BEP, session 2018
Note d’information – N° 19.29 – juillet 2019

À la session 2018, 184 500 candidats au CAP y compris agricole et 146 600 candidats au BEP y compris agricole ont obtenu leur diplôme. Les taux de réussite aux deux examens, qui atteignent 84,7 % pour le CAP et 83,9 % pour le BEP, sont en hausse par rapport à la session 2017 (respectivement + 1,3 et + 1 point).
Télécharger la version imprimable au format PDF

L’apprentissage au 31 décembre 2018
Note d’information – N°19.30 – juillet 2018

Au 31 décembre 2018, les centres de formation d’apprentis accueillent 448 100 apprentis, soit une hausse de 4,2 % par rapport à 2017. Les effectifs d’apprentis dans l’enseignement secondaire sont en hausse (+ 1,8 %) pour la deuxième année consécutive. La croissance de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur reste à un niveau élevé (+ 8,1 % après + 9,1 % en 2017).
16,0 % des entrants en apprentissage viennent d’une classe de troisième, les jeunes de ce niveau s’orientant principalement vers une seconde générale ou technologique (63,7 %).
Désormais presque un apprenti sur dix est accueilli dans un EPLE (établissement public local d’enseignement).
Le poids de l’apprentissage parmi les 16-25 ans continue de progresser et atteint 5,3 % (+ 0,2 point).
Télécharger la version imprimable en PDF

201 500 élèves du second degré sont internes à la rentrée 2018
Note d’information – N°19.31 – juillet 2019

À la rentrée 2018, 201 500 élèves sont internes dans le second degré, soit 3,6 % de l’ensemble des élèves du second degré.
Si la part des internes est faible chez les collégiens (0,7 %), elle est plus importante chez les lycéens en voie générale ou technologique (5,9 %) et plus encore chez les lycéens de la voie professionnelle (12,7 %). Dans l’académie de Limoges, près d’un élève sur dix est interne. À l’inverse, les académies d’Île de France, de la Guyane, de la Guadeloupe et de Mayotte ont moins de 1 % d’élèves internes.
Télécharger la version imprimable au format PDF

L’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, dans le système éducatif
Revue Éducation et formations – n° 99, juillet 2019

Le numéro 99 de la revue Éducation & formations est le quatrième et dernier volume permettant la valorisation d’études et de recherches qui nous ont été soumises dans le cadre de l’appel à contributions lancé par la DEPP fin 2016 sur l’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, dans le système éducatif.
Nous avons ainsi publié 28 articles traitant des inégalités selon le sexe, des stéréotypes de genre, depuis le sexisme véhiculé dans la littérature jeunesse en usage en maternelle, aux problématiques d’orientation et d’insertion professionnelle dans l’enseignement supérieur, sans occulter les inégalités salariales entre enseignantes et enseignants, ou les inégalités de qualité de vie au travail.
Spécifiquement, les articles du numéro 99 nous permettent de prendre conscience des actions menées dans certains territoires pour lutter contre ces inégalités ou stéréotypes de genre, comme celles déployées dans l’académie de Créteil. Ils questionnent également la perception par l’institution des comportements liés aux interactions entre filles et garçons en milieu scolaire, le parcours universitaire et l’insertion professionnelle différents entre étudiantes et étudiants, et enfin sur la qualité de vie au travail selon le contexte d’enseignement.
1. Penser l’égalité dans les représentations du métier de professeur d’EPS. Enjeux méthodologiques et critiques
2. Collaborer pour développer l’égalité filles-garçons. À la recherche d’une dynamique à déployer dans l’académie de Créteil
3. Au collège et au lycée, des élèves, des adultes et des jeux
4. Le poids du genre dans l’expérience étudiante et l’accès à l’emploi. L’exemple des sortants de l’université de Strasbourg
5. Burn-out et engagement chez les enseignants du secondaire. Une comparaison femmes/hommes selon le contexte d’enseignement
6. Le ressenti du corps professoral des universités québécoises à l’égard de leur qualité de vie au travail. Quelles différences entre les hommes et les femmes ?
Télécharger Éducation et Formation n° 99

Regards extérieurs

Le service public numérique pour l’éducation – Un concept sans stratégie, un déploiement inachevé
Rapport de la Cour des comptes – juillet 2019
La loi de refondation de l’école de la République a créé en 2013 le « service public du numérique éducatif », pour apprendre aux élèves les techniques numériques en vue de leur insertion citoyenne et professionnelle, améliorer la pédagogie par l’usage de services et de ressources numériques en classe, mais aussi favoriser l’égalité des chances. Il s’agissait également de moderniser la gestion du service éducatif, en facilitant les relations entre enseignants, élèves et parents. Le bilan de sa mise en oeuvre est jugé décevant par la Cour. Si les investissements publics en faveur du numérique ont beaucoup progressé, les conditions de déploiement de ce service public sont loin d’être réunies : la connexion des écoles et des établissements est encore insuffisante et, dans bien des cas, inexistante ; de fortes inégalités d’équipement des classes et des élèves demeurent entre les territoires ; l’offre de ressources numériques, abondante et souvent innovante, n’est pas organisée ; faute de formation initiale et continue suffisante, seule une minorité d’enseignants est à l’aise avec une pédagogie s’appuyant sur le numérique. Pour remédier aux inégalités persistantes d’accès au service public numérique, la Cour recommande de doter écoles, collèges et lycées d’un socle numérique de base.
Télécharger le rapport