#VeilleÉducative de la semaine 2020-32

Guide sanitaire pour la rentrée scolaire 2020

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Guide sanitaire rentrée scolaire dans le contexte Covid-19

Le guide repose sur les prescriptions émises par le ministère des solidarités et de la santé au vu des avis rendus par le Haut Conseil de la Santé publique, en dernier lieu le 7 juillet 2020, ainsi que sur les dispositions réglementaires en vigueur à la date de la rentrée. La mise en œuvre de ces prescriptions nécessite une collaboration très étroite entre les services de l’éducation nationale et les collectivités territoriales.
Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel. Ils s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles. Les accompagnateurs ainsi que les intervenants extérieurs peuvent entrer dans les bâtiments scolaires après nettoyage et désinfection des mains. Ils doivent porter un masque de protection.
Dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est plus obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. Néanmoins, les espaces sont organisés de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves. Dans les espaces extérieurs, la distanciation physique ne s’applique pas.
Toutefois, les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection, dans les espaces clos et extérieurs, lors de leurs déplacements ainsi qu’en classe lorsque la distanciation d’un mètre ne peut être garantie et qu’ils sont placés face à face ou côte à côte.
Les gestes barrière doivent être appliqués en permanence, partout, et par tout le monde. À l’heure actuelle, ce sont les mesures de prévention individuelles les plus efficaces contre la propagation du virus.
Télécharger le guide sanitaire rentrée scolaire dans le contexte Covid-19

 

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-31

Programmes d’enseignement • Baccalauréat 2021 • Évaluations nationales

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi le textes parus au Bulletin Officiel n°31 du 30 juillet 2020, on retiendra :

Programmes d’enseignement

Cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2), cycle de consolidation (cycle 3) et cycle des approfondissements (cycle 4) : modification
Arrêté du 17-7-2020 et J.O. du 28-7-2020

À noter : le Bulletin Officiel Spécial n°6 du 31 août 2020 détaille des modalités d’organisation et d’évaluation du baccalauréat général et technologique pour la session 2021.

 

Publication

Les évaluations nationales du second degré en sixième et seconde
Rapport de l’IGESR n°2020-074 • Juin 2020
À la rentrée 2019, des évaluations nationales exhaustives ont eu lieu en français et en mathématiques pour les élèves de sixième de collège et les élèves de seconde de lycée général, technologique ou professionnel. Ces évaluations ont été conçues par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP). Pour la classe de sixième, il s’agissait d’une organisation mise en place pour la troisième année consécutive et, pour la seconde, de la deuxième année consécutive.
Ce rapport s’appuie sur les observations et les entretiens menés par les inspecteurs généraux dans des collèges et des lycées et auprès des autorités académiques et départementales. Ce travail s’est organisé en deux temps : d’une part, l’observation des conditions d’organisation et de passation des évaluations conduites dans vingt-deux académies, entre septembre et octobre 2019, d’autre part, l’observation de l’exploitation pédagogique qui en a été faite en collège et en lycée dans quinze académies, entre novembre et décembre 2019.
Il s’agissait donc d’observer d’abord comment a eu lieu la passation des évaluations, d’apprécier ensuite la qualité et les modalités de l’exploitation pédagogique des données pour aider les élèves testés. Après les expériences des années passées, il convenait également de mesurer leur appropriation aux niveaux académique et départemental pour aider au pilotage du système, mais aussi au niveau des établissements, notamment dans le cadre des liaisons école-collège et collège-lycée.
La mission ouvre des perspectives et propose des scénarios alternatifs pour clarifier les objectifs et mettre en adéquation les outils mis à disposition des différents acteurs avec les objectifs retenus.
Les évaluations nationales du second degré (sixième et seconde)

#VeilleÉducative de la semaine 2020-30

Erasmus+ • Continuité pédagogique • Parcoursup

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°30 du 23 juillet 2020, on retiendra :

Erasmus+

Appel à candidatures relatif aux accréditations Erasmus 2020 dans les domaines de l’éducation des adultes, de l’enseignement et de la formation professionnels et de l’enseignement scolaire
Note de service du 30-6-2020

 

Publication

Crise sanitaire de 2020 et continuité pédagogique : les élèves ont appris de manière satisfaisante
Note d’Information n° 20.26 – juillet 2020

Près de huit parents sur dix considèrent que les activités proposées à leur enfant pendant la période de confinement de mars à mai 2020 étaient profitables et sept professeurs sur dix se déclarent globalement satisfaits de la façon dont leurs élèves ont appris.
Les collégiens et lycéens, quant à eux, déclarent très majoritairement avoir rencontré peu de difficultés matérielles ou d’organisation, pour conduire le travail scolaire attendu. En revanche, un tiers d’entre eux disent avoir manqué de motivation pour le réaliser. Interrogés sur l’impact éventuel de l’enseignement à distance, les enseignants soulignent les progrès des élèves en termes d’autonomie et de maîtrise des outils numériques. Les parents confirment ce gain en autonomie et estiment aux deux tiers que leur enfant a maintenu son niveau d’apprentissage. Ils sont six sur dix à considérer qu’il a découvert de nouvelles méthodes.
Note d’Information n°20.26

 

Regards extérieurs

Évaluation de l’accès à l’enseignement supérieur
Assemblée Nationale • Rapport d’information n°3232 • 22 juillet 2020

Rapport d’information déposé en application de l’article 146-3 du règlement, par le comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques sur l’évaluation de l’accès à l’enseignement supérieur.
Le rapport d’information

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-29

Continuité pédagogique • Établissements français à l’étranger

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Rentrée scolaire 2020 – Plan de continuité pédagogique

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports met à la disposition des directeurs d’école, des chefs d’établissement, des inspecteurs et des professeurs un ensemble d’outils pour la préparation de la rentrée scolaire 2020 dans l’hypothèse d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire.

Le scénario de référence pour la prochaine rentrée scolaire s’inscrit dans un cadre sanitaire normal, n’impliquant pas de restrictions d’accueil des élèves et de fonctionnement des écoles, collèges et lycées.

Il est cependant nécessaire de préparer l’hypothèse d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire à la rentrée scolaire 2020.

Dans cette optique, la circulaire présentant le plan de continuité pédagogique pose des principes, des recommandations et des conseils ou exemples de mise en œuvre, en cas de dégradation de la situation sanitaire à la rentrée scolaire 2020.

Ce plan de continuité ne traite pas des modalités d’organisation de la rentrée scolaire dans des conditions sanitaires normales.

Deux hypothèses sont envisagées :

Hypothèse 1 : circulation active du virus, localisée, nécessitant la remise en vigueur d’un protocole sanitaire strict.
Hypothèse 2 : circulation très active du virus, localisée, nécessitant la fermeture des écoles, collèges et lycées sur une zone géographique déterminée.

Circulaire présentant le plan de continuité pédagogique – Rentrée 2020

 

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°29 du 16 juillet 2020, on retiendra :

Établissements d’enseignement français à l’étranger
Homologation et suivi – année scolaire 2020-2021

Les établissements d’enseignement français homologués par le ministère en charge de l’éducation forment un réseau en forte croissance. Il scolarise plus de 375.000 élèves français et étrangers dans 140 pays dans 530 établissements. Plus de quarante nouveaux établissements ont rejoint le réseau depuis 2019. Ce développement s’inscrit dans la dynamique initiée par le Plan langue française et plurilinguisme qui fixe comme objectif le doublement des effectifs à l’horizon 2030.
Les établissements homologués permettent de suivre une scolarité à l’étranger sur programmes français dans le respect des valeurs et des exigences du système éducatif français. Ils ont vocation à accueillir des élèves français et étrangers. La scolarité dans ces établissements permet l’acquisition par tous les élèves des savoirs fondamentaux, en particulier la maîtrise de la langue française mais aussi d’au moins deux langues étrangères dans une approche pluriculturelle. Ils s’adressent à des futurs citoyens qui prennent conscience de leurs droits, de leurs devoirs, de leurs responsabilités. Ils préparent les élèves à leur avenir professionnel. Ils favorisent l’ouverture sur le monde et l’épanouissement par une attitude bienveillante envers tous les élèves, dans une démarche inclusive. Ils constituent des lieux d’échanges avec les pays qui les accueillent. Le réseau des établissements homologués contribue, par son action, au rayonnement de la France à l’étranger.
L’homologation garantit aux élèves et à leur famille un parcours de qualité en français et sur programmes français. Elle permet la poursuite d’études et la délivrance de diplômes, à l’égal d’une scolarité effectuée dans un établissement en France et favorise la mobilité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger et sur le territoire français. Elle permet aux établissements de bénéficier d’un accès privilégié à des services pédagogiques et de formation délivrés par la France. Les établissements sont invités à s’inscrire dans une démarche d’auto-évaluation afin de préparer le renouvellement de leur homologation intervenant tous les cinq ans. Par leur engagement permanent, ils adhèrent au cahier des charges de l’homologation.
La présente note de service précise le cahier des charges renouvelé de l’attribution de l’homologation et du suivi des établissements d’enseignement français à l’étranger.
Note de service du 30-6-2020

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-28

Rentrée 2020 • École inclusive • Performances des élèves • Baccalauréat 2020

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Avec l’engagement du grand service public de l’École inclusive, la rentrée 2019 a porté de premières étapes importantes pour l’amélioration de la scolarisation des enfants handicapés, qui sont 60 000 de plus depuis 2017 à avoir franchi les portes de l’école. Cette ambition a été réaffirmée par le président de la République lors de la Conférence nationale du handicap du 11 février dernier.
Alors que la crise sanitaire a conduit à un contexte inédit de préparation de la rentrée scolaire 2020, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées amplifient encore les efforts et les moyens au service des parcours scolaires et d’apprentissage des enfants, avec l’objectif d’en mesurer parallèlement la qualité et l’efficacité.
Téléchargez le dossier complet

 

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin officiel n°28 du 10 juillet 2020, on retiendra :

Circulaire de rentrée 2020

L’École de la République œuvre à l’accomplissement des élèves par l’élévation du niveau général, leur bien-être et la justice sociale. Face à la crise sanitaire, la mobilisation de l’ensemble des personnels de l’éducation nationale a permis de réagir collectivement avec efficacité et créativité. Ainsi, grâce au travail de tous, la France a eu l’un des plus faibles taux de décrocheurs en Europe, un enseignement à distance salué par les parents et l’un des déconfinements scolaires les plus volontaristes. Notre réussite tient à cet engagement collectif, à un esprit d’équipe. Notre action a permis de limiter les conséquences du confinement sur le niveau des élèves et de maintenir le lien avec l’institution scolaire. La diversité des situations personnelles des élèves pendant cette période induit cependant des écarts d’apprentissage. Elle les a aussi conduits à développer d’autres compétences ou qualités : engagement, autonomie, recours aux outils numériques. L’objectif prioritaire de cette rentrée est d’établir un cadre serein propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective. Il s’agit de résorber les écarts qui ont pu naître de cette crise sanitaire, ce qui implique d’identifier les besoins propres à chaque élève et d’y répondre de manière personnalisée. Ces besoins peuvent consister en une réponse pédagogique, un soutien social, un accompagnement psychologique. La création d’un vaste ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports est l’occasion de déployer une vision riche et cohérente du temps scolaire et du temps périscolaire de l’enfant. L’année 2020-2021 sera caractérisée par le développement du sport et de la culture dans la vie de chaque élève. L’éducation physique et sportive ainsi que l’ensemble des disciplines artistiques seront au cœur de cette priorité.
L’année scolaire 2020-2021 poursuit quatre priorités :
– protéger la santé des élèves et des personnels ;
– développer l’esprit d’équipe tant chez les adultes que chez les élèves pour assurer notre mission fondamentale de transmission des savoirs et de réduction des écarts de niveau ;
– assurer la pleine inclusion de tous les enfants à besoins éducatifs particuliers ;
– transmettre les valeurs civiques.
Circulaire de rentrée 2020

 

Publications

Test de positionnement de début de seconde 2019 : des écarts de performances selon la voie de formation, le profil des élèves et les académies
Note d’Information n° 20.24 – juillet 2020

À la rentrée 2019, plus de 720 000 élèves de seconde ont effectué un test de positionnement visant à évaluer leurs acquis et leurs besoins de façon à leur proposer un accompagnement personnalisé adapté et à remédier à leurs difficultés éventuelles.
En français, huit élèves sur dix ont une maîtrise satisfaisante ou très bonne des domaines évalués en début de seconde. En mathématiques, ils sont un peu plus de sept sur dix.
Les écarts entre les voies sont très marqués : les élèves de seconde générale et technologique présentent des niveaux de maîtrise nettement supérieurs à ceux de seconde professionnelle.
Toutes formations confondues, les écarts entre académies sont importants. Si la tonalité sociale des académies est susceptible d’expliquer une partie de ces écarts, certaines se distinguent toujours par de meilleurs résultats que ceux attendus compte tenu des profils sociaux de leurs élèves.
Lire la note d’information

Le baccalauréat 2020 – Session de juin
Note d’Information n° 20.25 – juillet 2020

À la session du baccalauréat de juin 2020, avec 95,7 % d’admis en France entière, le taux de réussite global est nettement supérieur à celui de 2019 (88,1 %).
Le taux de réussite au baccalauréat général de 98,4 % augmente de 7,2 points par rapport à celui de 2019. Celui du baccalauréat technologique gagne 7,6 points avec 95,7 %. Dans la voie professionnelle, avec 90,7 %, le taux de réussite est en hausse de 8,4 points.
En données provisoires, la part des bacheliers dans une génération atteint 86,6 % en 2020.
Presque deux tiers des candidats obtiennent leur diplôme avec mention.
Lire la note d’information

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-27

Enseignement français à l’étranger • Service horaire des enseignants • Pratiques d’enseignement • Europe de l’éducation • Pilotage des EPLE

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°27 du 2 juillet 2020, on retiendra :

Postes et missions à l’étranger (hors établissements de l’enseignement français à l’étranger du réseau de l’AEFE, la MLF et l’Aflec) ouverts aux personnels titulaires du MENJ et du MESRI

L’influence de la présence française à l’étranger dans les domaines de la coopération éducative, de l’enseignement supérieur, scientifique et technique et de la recherche, repose pour une grande part sur la qualité et les compétences des agents recrutés chaque année dans le réseau extérieur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE).
Dans le cadre de la diplomatie globale mise en œuvre par le MEAE, ces personnels ont la charge de l’importante mission de rayonnement, de diffusion et d’exportation des savoir-faire français. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse (MENJ) et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) prennent une part prépondérante dans la réalisation des objectifs de la politique internationale de la France.
Cette implication des personnels recrutés au sein des deux ministères est d’autant plus stratégique qu’elle s’inscrit, pour leurs seuls domaines d’action, dans un contexte international où les défis de l’après crise sanitaire sont nombreux :
– renforcement de la coopération notamment dans les domaines mis en lumière par la crise s’agissant de l’enseignement scolaire (comparaisons internationales, continuité pédagogique, numérique, etc.), de l’enseignement supérieur et de la recherche (numérique, santé, biotechnologies, etc.) ;
– relance de la mobilité des élèves, des étudiants, des enseignants et des cadres ;
– poursuite du plan de développement de l’enseignement français à l’étranger ;
– développement de la place de l’éducation dans les enceintes multilatérales, notamment de la francophonie.
Cette démarche s’inscrit par ailleurs dans la volonté du MENJ et du MESRI d’encourager la mobilité de ses personnels et la valorisation de leurs parcours professionnels mises en œuvre depuis la loi n° 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique.
À cet égard, le site ministériel de recueil et de traitement des candidatures Afet (https://www.afet.education.gouv.fr) permet de prendre en compte les candidatures spontanées des personnels des deux ministères qui souhaiteraient mettre leurs compétences au service de l’action internationale de la France, les candidatures pour des missions de courtes et de moyennes durées, celles destinées aux postes du réseau du MEAE. Le site permet également de proposer un accompagnement aux candidats en fin de mission auprès du MEAE, pour envisager leur retour.
Cette note de service concerne le recueil et le traitement des candidatures aux postes à pourvoir dans le réseau culturel, linguistique, éducatif, scientifique, technique et de recherche du MEAE.
Note de service du 11-6-2020

Publications

Les heures supplémentaires annualisées des enseignants à la rentrée 2019 dans le second degré
Note d’Information n° 20.22 – juin 2020

Pendant l’année scolaire 2019-2020, le service moyen d’un enseignant du second degré est de 18 heures et 23 minutes, dont 1 heure et 30 minutes d’heures supplémentaires annualisées (HSA). La pratique des HSA est très répandue puisque seuls 10 % des enseignants n’y sont pas éligibles et les trois quarts de ceux éligibles au dispositif en effectuent au moins une.
Par ailleurs, 42 % des enseignants éligibles font au moins 2 HSA. Les enseignants de CPGE et de STS sont ceux qui en font le plus (3 HSA en moyenne) tandis que les enseignants en collège en font moins (1 heure et 15 minutes).
Entre 2018 et 2019, en moyenne, chaque enseignant a consacré 5 minutes supplémentaires en HSA. Cette hausse concerne les hommes comme les femmes de tous les âges et davantage les collèges en éducation prioritaire, notamment ceux situés en REP+ dans lesquels les HSA ont augmenté de 20 %. La hausse des HSA par enseignant, notamment au collège, a contribué à la stabilité du nombre d’heures d’enseignement par élève. La réforme du lycée a contribué à une hausse des HSA réalisées par les professeurs de physique-chimie et de biologie-géologie et à une baisse des HSA pour les enseignants de lettres et de sciences économiques et sociales.
La rémunération d’une HSA est de 1 410 € en moyenne sur l’année, ce qui conduit à un gain annuel moyen parmi les agents réalisant des HSA de 3 550 € pour les hommes et de 2 850 € pour les femmes.
Lire la note d’information

Premiers résultats de l’enquête sur les pratiques d’enseignement, EPODE, en 2018 au collège
Note d’Information n° 20.23 – juin 2020

L’Enquête PériODique sur l’Enseignement (EPODE) interroge les professeurs de collège sur leurs pratiques d’enseignement.
Menée pour la première fois en 2018, elle est construite à partir du référentiel des compétences des métiers du professorat et de l’éducation. Elle fait état d’une culture fortement partagée autour de la fonction éducative du métier d’enseignant.
Les pratiques associant l’ensemble de l’équipe éducative pour résoudre des problèmes ayant trait à des incivilités ou à des comportements à risque sont fréquemment mises en œuvre par huit à neuf enseignants sur dix. Si les pratiques collaboratives constituent un élément essentiel du métier, l’enquête EPODE montre que les enseignants de collège privilégient la collaboration à finalité éducative plutôt que la collaboration à finalité pédagogique ou le lien avec les familles qu’ils jugent moins prioritaires.
Très largement plébiscité par les professeurs, l’enseignement explicite fait partie des modalités d’enseignement les plus fréquemment mises en œuvre et partagées alors que celles visant le développement de compétences transversales proches des compétences du XXIe siècle restent relativement peu fréquentes et sont déclarées moins faisables. La réussite de tous les élèves apparaît comme une préoccupation majeure des enseignants qui s’astreignent à mettre en place des pratiques en direction des élèves à besoins particuliers ou en difficulté alors qu’ils les jugent difficilement faisables dans leur contexte d’enseignement. Les enseignants ne se différencient pas par la nature de leurs pratiques mais par la fréquence de réalisation de celles-ci. Les professeurs décrivant des profils de classe parmi les plus favorables aux apprentissages rapportent de façon générale des pratiques professionnelles plus fréquentes et sont ceux qui semblent les plus à l’aise dans la prise en charge de l’hétérogénéité des élèves.
Lire la note d’information

L’Europe de l’éducation en chiffres 2020

Cette nouvelle édition de L’Europe de l’éducation en chiffres vise à mettre à la disposition d’un public large un ensemble raisonné d’indicateurs les plus récents possible portant sur la plupart des dimensions du système éducatif des pays de l’Union européenne.
Un panorama contextuel ouvre l’analyse sur la diversité des modes d’organisation de la scolarité dans l’Union européenne. Trois chapitres sont ensuite consacrés aux indicateurs relatifs aux principaux acteurs de l’éducation : les élèves, leurs parents et les enseignants. Les deux chapitres finaux fournissent des analyses portant sur les résultats des systèmes éducatifs, notamment en matière de compétences des élèves et d’équité, ainsi que sur les bénéfices sociaux et économiques de l’éducation.
Une fiche supplémentaire, élaborée par la délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération (MENJ-DREIC), apporte des informations sur la gestion de la crise du Covid-19 par les pays de l’Union européenne.
Lire l’étude

Regards extérieurs

Piloter un EPLE
Ouvrage collectif coordonné par Éric TOURNIER

Le métier de chef d’établissement a profondément évolué. Il est devenu lourd et complexe, marqué par une diversification des missions et un accroissement des responsabilités.
L’évolution la plus significative concerne le recentrage de la direction scolaire sur le pilotage pédagogique et éducatif de l’établissement.
Cet ouvrage propose aux personnels de direction :
– un aiguillage sur les problématiques de gestion du personnel, d’organisation du temps scolaire, de responsabilités financière et juridique, etc.
– des pistes pour construire un climat scolaire serein, réussir la politique d’orientation, soutenir l’évolution de la politique documentaire, et accompagner le développement du numérique.
Piloter un EPLE

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-26

Bourses • Conseil supérieur des programmes • Enseigner les humanités

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin officiel n° 26 du 25 juin 2020, on retiendra :

Bourses et aides aux étudiants

Modalités d’attribution des bourses d’enseignement supérieur sur critères sociaux, des aides au mérite et des aides à la mobilité internationale pour l’année 2019-2020 : additif
La circulaire n° 2019-096 du 18 juin 2019 relative aux modalités d’attribution des bourses d’enseignement supérieur sur critères sociaux, des aides au mérite et des aides à la mobilité internationale pour l’année 2019-2020 est complétée par une annexe 10 ainsi rédigée :
« Annexe 10 – Versement d’une mensualité complémentaire de la bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux en juillet 2020 en cas de report des examens et concours à la suite de l’épidémie de Covid-19

Publications

Rapport d’activité 2016-2019 du Conseil supérieur des programmes (CSP)
Le présent rapport couvre quatre années marquées par une intense activité. Durant les années 2016 et 2017, le Conseil supérieur des programmes a mené des travaux qui s’inscrivaient dans le nouveau cadre d’enseignement établi pour l’école primaire et le collège. Mais il a aussi émis des avis et formulé des propositions sur les enseignements dispensés au lycée.
Ce rapport porte particulièrement sur l’activité du Conseil durant les années 2018 et 2019. Il revient de manière détaillée sur l’élaboration des contenus des enseignements des lycées général, technologique et professionnel. La conception de ces nouveaux programmes a demandé la constitution de plus de cinquante groupes d’experts désignés avec soin pour leur expérience de l’enseignement et leur connaissance des objets enseignés. Les travaux ont été guidés par la seule volonté d’offrir aux élèves une formation qui, bien qu’elle soit soucieuse des enjeux du présent, ne renonce pas à transmettre cette culture qui, par définition, s’inscrit dans une longue durée. Au total, ce sont près de deux cents projets de programme qui ont été patiemment étudiés, ajustés, amendés, rectifiés, au nom du seul impératif de dispenser aux élèves des enseignements à la fois ambitieux et adaptés.
Le Conseil a conçu les programmes du lycée général, technologique et professionnel guidé par une réflexion nourrie de quelques convictions partagées : le cœur de la réalité de l’École, qui oriente l’institution scolaire, les professeurs et les élèves, qui justifie leur existence et donne un sens à ce qu’ils font, c’est la présence d’une matière qui s’enseigne et qui s’apprend. Cette matière est à chaque fois singularisée dans un domaine de réalité et de connaissance. Il revient au Conseil supérieur des programmes de déterminer au mieux cela qui s’enseigne et qui s’apprend dans chaque sphère du savoir, sans céder aux facilités qu’offrent les visions de surplomb, sans confondre ce qui s’enseigne avec la manière de l’enseigner, avec les démarches didactiques et pédagogiques.

Regards extérieurs

Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société
Dossier de veille de l’IFÉ n° 135, juin 2020

Ce Dossier de veille met en avant différentes tensions qui sous-tendent l’activité quotidienne des enseignantes et enseignants qui cherchent à transmettre à leurs élèves des démarches et des outils intellectuels pour comprendre les sociétés humaines et leur fonctionnement.
Comment se recompose la référence aux disciplines universitaires au sein et entre matières scolaires elles-mêmes plus ou moins composites (histoire-géographie et EMC, sciences économiques et sociales, philosophie, etc.) ? Quels compromis entre éducation à une socialisation politique commune et à une pensée critique émancipatrice ? Quelles spécificités mais aussi quels enjeux partagés entre l’enseignement polyvalent de l’école primaire et la spécialisation des professeurs du secondaire ? Quels regards porter sur le passé de ces disciplines pour mieux en comprendre les configurations émergentes ? Quelles trajectoires spécifiques et quelles tendances voisines entre systèmes scolaires français et étrangers ? Enfin, quels écarts entre intentions éducatives et apprentissages effectifs des élèves ?
Pour résumer : quels sont les termes des compromis que les enseignantes et enseignants sont amenés à effectuer au quotidien pour à la fois s’inscrire dans un rapport spécifique aux savoirs de référence et dans une dimension politique redoublée par l’objet de leurs enseignements, l’humanité en société ?
Pour contribuer à la réflexion sur ces questions, les trois parties de ce Dossier s’appuient sur une sélection de travaux de recherche abordés sous l’angle du curriculum.
Une première partie s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’activité enseignante en classe peut être favorable aux apprentissages disciplinaires de tous les élèves, de la carte de géographie à la dissertation philosophique.
La deuxième partie inscrit l’action des enseignantes et enseignants dans l’histoire collective de leur profession, et, dans le cas de l’enseignement secondaire, de leur discipline (histoire-géographie, sciences économiques et sociales, philosophie) et de ses réformes successives ; ici, l’éclairage permis par la comparaison avec les découpages disciplinaires opérés dans d’autres systèmes scolaires fait ressortir la spécificité des choix nationaux.
Enfin, une troisième partie interroge les façons dont les enseignantes et enseignants traduisent dans leurs pratiques des prescriptions institutionnelles de plus en plus internationalisées comme l’acquisition de compétences ou les « éducation à » : cet appel au décloisonnement et à l’interdisciplinarité interroge les raisons qui font que ces tendances de fond connaissent dans le même temps un processus de disciplinarisation qui s’appuie sur les fondements épistémologiques des différentes sciences humaines et sociales.
Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF)

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-25

Protocole sanitaire • 2S2C • Vacances apprenantes • Examens • Coût de l’éducation • Direction d’école

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Covid 19 : assouplissement du protocole sanitaire
Du fait de l’évolution du niveau de circulation actuelle du virus et des données scientifiques rassurantes concernant l’impact et la transmission de la Covid-19 chez les enfants de moins de 15 ans, un assouplissement du protocole sanitaire, nouvelle étape vers un retour à la normale, est dorénavant possible. Les écoles et les collèges, mais pas les lycées, accueilleront tous les élèves à partir du 22 juin, a annoncé le chef de l’Etat dimanche 14 juin « de manière obligatoire et selon les règles de présence normales ». Les assouplissements, notamment en matière de distanciation physique, définis par les autorités sanitaires, permettront le retour de tous les enfants dans les écoles et les collèges avant les vacances d’été. Les lycées pourront également accueillir un plus grand nombre d’élèves.
Protocole sanitaire relatif aux écoles et établissements scolaires au 22 juin
Le dispositif 2S2C, qu’est-ce que c’est ?
Dans le cadre de la reprise progressive des cours dans les écoles et les collèges, le dispositif Sport-Santé-Culture-Civisme (2S2C) a pour objectif d’offrir aux élèves des activités éducatives sur le temps scolaire. Ces dernières se déroulent dans le prolongement des apprentissages et en complémentarité avec l’enseignement.
Le dispositif 2S2C n’a donc pas vocation à se poursuivre pendant les vacances. Toutefois, les partenariats noués pour mettre en place un dispositif 2S2C seront très utiles dans le cadre du dispositif « École ouverte » qui sera déployé dans le plan « vacances apprenantes ».
Consultez la présentation du dispositif 2S2C.
Été 2020 : vacances apprenantes
Le Gouvernement a présenté le plan Vacances apprenantes doté de 200 millions d’euros qui a notamment pour ambition de lutter contre les retards qui ont pu s’accumuler pendant la période de confinement et les risques de décrochage. Il doit aussi permettre aux enfants de vivre des moments enrichissants pendant l’été.
Plusieurs dispositifs seront mis en œuvre pour les enfants :
  • école ouverte ;
  • école ouverte buissonnière ;
  • colonies apprenantes ;
  • accueil de loisirs apprenants, avec notamment des parcours d’apprentissage en ligne proposés gratuitement par le CNED pour tous les niveaux du primaire au lycée.
Consultez :

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°25 du 18 juin 2020, on retiendra :

Baccalauréat général et technologique
Modalités d’organisation de l’examen du baccalauréat de la session 2021, pour l’année scolaire 2019/2020, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19

Dans le contexte des mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19 et le cadre de l’état d’urgence sanitaire, les modalités d’organisation du baccalauréat sont modifiées à titre exceptionnel pour l’année scolaire 2019/2020.
L’objectif est de permettre aux candidats de passer le baccalauréat dans les meilleures conditions et que la poursuite de leur parcours soit assurée.
Cette organisation exceptionnelle est conçue dans un esprit de bienveillance vis-à-vis des candidats et de confiance vis-à-vis des équipes enseignantes. Les jurys d’examen seront vigilants à maintenir la valeur du diplôme et le principe d’équité devra être assuré. Une attention particulière sera portée aux candidats à besoins éducatifs particuliers.
Un décret et un arrêté ont été publiés pour la session 2021 du baccalauréat en date du 13 juin 2020, sur le fondement de l’article 2 de l’ordonnance n° 2050-351 du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de Covid-19. Le décret porte sur les modalités de délivrance du baccalauréat des voies générale et technologique, pour la session 2021, et l’arrêté en précise l’organisation.
La présente note de service décline les modalités de mise en œuvre de ces dispositions.

Publications

En 2018, les collèges et lycées publics gèrent 7 milliards d’euros, soit 15 % du coût de leurs élèves
Note d’Information n° 20.21 – juin 2020
Les collèges et lycées publics disposent de 6,9 milliards d’euros en 2018, soit 1 480 euros en moyenne par élève. Ce montant retrace seulement 15 % du coût moyen d’un élève dans le second degré public (9 790 euros en 2018). En effet, la partie la plus importante des dépenses afférentes à l’activité des établissements du second degré public ne figure pas dans les comptes de ces établissements, mais est directement prise en charge par l’État ou la collectivité territoriale de rattachement.
La majorité des recettes (62 %) provient de fonds publics. Les ménages participent pour 24 % au financement des établissements, principalement par le biais de la restauration et de l’hébergement. Les trois principaux postes de dépenses sont la rémunération des personnels de soutien à la vie scolaire (27 % des dépenses), les frais de restauration et d’hébergement (25 %) et les coûts de fonctionnement matériel et logistique (20 %).
Dans les zones rurales ou éloignées, les établissements, souvent plus petits, dépensent davantage en moyenne par élève que dans les zones plus denses, principalement du fait de charges incompressibles, liées en partie à la restauration et l’hébergement.

Regards extérieurs

Manager dans un contexte de post-crise Covid-19
Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), Réseau des conseillers en organisation du travail et conduite du changement RH • Mai 2020
L’enjeu pour les administrations publiques est d’accompagner le retour au travail après plusieurs semaines de confinement. Une transition qui implique nécessairement d’échanger sur les enseignements qui peuvent en être tirés, notamment sur le télétravail et la dématérialisation, voire, de mettre en place une (re)connaissance mutuelle de ces apprentissages pour les inscrire dans un fonctionnement plus pérenne. Cette crise peut donc, in fine, créer l’opportunité de construire des organisations apprenantes.
Ce guide vise à accompagner les collectifs de travail dans cette transition.
Consultez le guide Manager dans un contexte de post-crise Covid-19 (pdf 1,1 Mo).
Situation des directeurs d’école
Sénat, Commission de la culture, de l’éducation et de la communication • Max Brisson et Françoise Laborde • Juin 2020
Sujet récurrent du débat public depuis de nombreuses années, le dossier des directeurs d’école stagne, même si un consensus se dégage entre l’ensemble des acteurs : lestatu quodes directeurs d’école n’est plus tenable, en matière de multiplication des tâches confiées, de manque de temps et de surcharge de travail. La crise de Covid-19, la fermeture des écoles puis la mise en place d’un protocole sanitaire strict dans le cadre de leur réouverture ont montré le rôle essentiel des directeurs d’école, à la fois dans l’animation pédagogique, et dans des fonctions organisationnelles et administratives, en partenariat avec les maires, les préfets et les autorités académiques. Leurs responsabilités se sont encore accrues, posant plus que jamais la question des moyens juridiques et outils administratifs dont ils disposent.
Aussi, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication présente 16 préconisations, centrées autour de quatre besoins : un besoin de cadre administratif, un besoin de temps, un besoin de formation et un besoin de redéfinition des tâches.

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-24

Aménagement des examens

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°24 du 11 juin 2020, on retiendra :

Brevet de technicien supérieur
Modalités de mise en oeuvre de délivrance en raison de l’épidémie de Covid-19

Dans le contexte des mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19 et dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, les modalités de délivrance du brevet de technicien supérieur sont modifiées à titre exceptionnel pour l’année 2020. L’objectif est de permettre aux candidats de présenter l’examen dans les meilleures conditions possibles afin que la suite de leur parcours soit assurée. Ce dispositif est conçu dans un esprit de bienveillance à l’égard des candidats et de confiance envers les équipes pédagogiques. Les jurys d’examen veilleront à maintenir la valeur des diplômes et à garantir le principe d’équité entre les candidats. Une attention particulière sera portée aux candidats à besoins éducatifs particuliers.
Le décret n° 2020-684 du 5 juin 2020 relatif aux modalités de délivrance du brevet de technicien supérieur en raison de l’épidémie de Covid-19 a été publié, sur le fondement de l’article 2 de l’ordonnance n° 2050-351 du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de Covid-19. La présente note de service en précise les modalités d’application.
Note de service du 6-6-2020

 

#VeilleÉducative de la semaine 2020-23

Réouverture des établissements scolaires • Journée Défense et Citoyenneté

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°23 du 4 juin 2020, on retiendra :

Deuxième phase de réouverture des écoles et établissements
Conditions de poursuite des apprentissages

L’École de la République est le bien commun de la Nation et de tous ses enfants. Le confinement imposé par les circonstances sanitaires révèle plus que jamais l’importance du lien concret entre l’élève et le professeur. Grâce à l’engagement des professeurs et de tous les personnels, l’éducation nationale a montré sa capacité d’adaptation et sa détermination à assurer la continuité du service public. L’enseignement à distance a ainsi pu être assuré pour la très grande majorité de nos élèves et les dispositifs comme Ma classe à la maison ou Nation apprenante ont été très suivis. Cette réussite n’est pas sans faille. De manière plus générale, le risque d’aggravation des inégalités sociales est considérable dès lors que chaque enfant est renvoyé à son seul contexte familial.
C’est pourquoi le président de la République a décidé d’engager un processus progressif de déconfinement scolaire tenant compte des impératifs sanitaires mais aussi sociaux dans ce moment grave de l’histoire de notre pays. Le 28 avril 2020, le Premier ministre a précisé devant la représentation nationale le cadre de cette progressivité. Une première phase de réouverture s’est ainsi déroulée du 11 mai au 1er juin. L’enjeu de la nouvelle phase est d’accélérer et systématiser la réouverture des écoles et établissements.

Publication

Journée défense et citoyenneté 2019 : plus d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture
Note d’Information n° 20.20 – juin 2020
En 2019, 11,8 % des jeunes participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. La moitié d’entre eux peut être considérée en situation d’illettrisme. Par ailleurs, plus d’un jeun sur dix a une maîtrise fragile de la lecture. Enfin, près de huit sur dix sont des lecteurs efficaces.
Les performances en lecture progressent avec le niveau d’études. Elles sont globalement plus élevées chez les filles que chez les garçons. Les jeunes des DROM sont particulièrement concernés par les difficultés de lecture. En France métropolitaine, c’est au nord que les difficultés de lecture sont les plus fréquentes.