#VeilleÉducative de la semaine 2021-07

Covid-19 • Ev@lang • DEPP • Praesco

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°7 du 18 février 2021, on retiendra :

Coronavirus
Amélioration du repérage, de l’orientation et de la prise en charge des élèves en situation de stress, de détresse psychologique ou en danger

La situation sanitaire actuelle et les règles strictes qu’elle implique, notamment en termes d’accès à certaines activités, d’enseignement hybride au lycée, et plus généralement de gestes barrières, ont une incidence forte sur la vie quotidienne et les relations sociales des élèves. Les situations familiales peuvent également être affectées compte tenu de la situation économique ou des conséquences des règles sanitaires sur certaines activités professionnelles des parents. L’ensemble de ces éléments peut, pour certains élèves, être source d’anxiété et avoir des conséquences psychologiques. Il nous appartient collectivement, avec l’aide de l’ensemble des personnels, et notamment des médecins, infirmiers, assistants sociaux et psychologues de l’éducation nationale, de nous mobiliser afin de mieux prévenir, identifier et accompagner les élèves en situation de fragilité psychologique. Plusieurs outils, notamment ceux élaborés par l’hôpital Robert Debré, sont ainsi mis à disposition des personnels de l’éducation nationale.
Circulaire du 16-2-2021

Ev@lang collège
Mise en œuvre et modalités d’organisation du test numérique de positionnement en anglais pour les élèves de troisième – année scolaire 2020-2021

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports met en œuvre un plan d’action, dit Plan langues vivantes, dont l’objectif est que les élèves maîtrisent mieux les langues étrangères grâce à une politique plus volontariste et plus coordonnée. Dans ce cadre est créé un test de positionnement numérique en anglais en classe de troisième, Ev@lang collège. Ev@lang collège est un test de positionnement adaptatif en langues vivantes étrangères entièrement en ligne. Il permet d’évaluer les compétences des élèves en compréhension de l’oral, compréhension de l’écrit et compétences linguistiques (grammaire et lexique). Le test se décline en 5 versions, une version commune et quatre versions aménagées pour les élèves à besoins éducatifs particuliers.Ce test concerne tous les élèves scolarisés en classe de troisième, en collège ou en lycée professionnel, qui suivent un enseignement d’anglais en langue vivante 1 ou 2 (LV1 ou LV2).
Note de service du 3-2-2021

Publications

Rapport d’activité 2020
DEPP

L’année 2020 a été marquée par un événement sans précédent dans l’histoire de l’école de notre pays, la crise sanitaire qui a entraîné le confinement du jour au lendemain de douze millions d‘élèves. Avec le risque, mis en avant par toutes les études et recherches en sciences de l’éducation, d’un impact négatif plus marqué pour les élèves issus des familles les plus défavorisées, à la fois parce que ce sont ces élèves qui pâtissent le plus d’un éloignement de l’école mais aussi par leur moindre équipement numérique.
La Depp, s’est mobilisée pour apporter un éclairage sur la crise sanitaire et ses conséquences. Pour cela, elle a imaginé différentes approches, en concevant de nouvelles opérations, en exploitant des dispositifs déjà existants ou en rajoutant des questions à des enquêtes déjà prévues. Son but est de dresser des constats objectifs, d’évaluer les impacts et de rendre compte de l’évolution des inégalités.
Ce rapport d‘activité 2020, organisé autour de quatre grandes thématiques, les élèves, les personnels, les établissements et les territoires, en présente synthétiquement les grandes avancées et nouveautés 2020 ainsi que les perspectives 2021. Il comprend également un focus sur le suivi des conséquences de la crise sanitaire.
Lire le rapport d’activité

Premiers résultats de l’enquête sur les pratiques d’enseignement des mathématiques, Praesco, en classe de CM2 en 2019
DEPP | Note d’information n°21.10 | février 2021

Trois enseignants sur quatre déclarent retirer fréquemment de la satisfaction de l’enseignement des mathématiques. Ils proposent à leurs élèves, et de façon presque unanime, des activités visant aussi bien le développement d’automatismes en calcul que la compréhension des procédures.
Plus de 90 % des enseignants portent fréquemment attention au travail de leurs élèves, cherchant à aider immédiatement ceux qui se trouvent en difficulté. Ils déclarent unanimement travailler sur les erreurs de leurs élèves lorsque celles-ci sont récurrentes, même si les moyens préférentiellement mis en œuvre pour y parvenir varient selon les professeurs. Toutefois, un tiers des professeurs estime qu’ils ont des élèves qu’ils ne pourront pas vraiment faire progresser en mathématiques.
Lire la note d’information

Premiers résultats de l’enquête sur les pratiques d’enseignement des mathématiques, Praesco, en classe de troisième en 2019
DEPP | Note d’information n°21.11 | février 2021

Presque un enseignant sur deux estime que plus de la moitié de ses élèves de troisième ne disposent pas d’une maîtrise satisfaisante des compétences mathématiques travaillées.
Le manque de travail en classe d’une partie des élèves et le trop grand nombre d’élèves en difficulté constituent les premiers facteurs évoqués par les enseignants rendant leur travail difficile.
D’un point de vue didactique, l’analyse des données a mis en évidence, d’une part, des pratiques d’enseignement des mathématiques variées, en particulier pour les formulations utilisées lors des interactions avec les élèves, et d’autre part, quatre groupes distincts de professeurs, caractérisés chacun par un profil de pratiques.
Lire la note d’information

#VeilleÉducative de la semaine 2021-06

Baccalauréat 2021 • Classes préparatoires • Insertion professionnelle • Enquête Sivis 2020 • Pilotage pédagogique

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Baccalauréat 2021 : Guide de l’évaluation

Le contexte sanitaire exceptionnel a amené le ministre à définir, dans sa lettre aux enseignants du 21 janvier, les adaptations de la session 2021 du baccalauréat général et technologique.
Ces adaptations rendent nécessaire de préciser le cadre au sein duquel le contrôle continu permettra à la fois de garantir la pleine légitimité du baccalauréat comme examen national et la confiance que les établissements d’enseignement supérieur peuvent avoir dans l’évaluation menée par les enseignants dans les lycées.
À cet effet, un guide pour l’évaluation dans le cadre du contrôle continu fixe, pour chaque enseignement évalué au baccalauréat lors de l’année de terminale, qu’il s’agisse d’une spécialité ou d’un enseignement commun, la manière dont se déclinent les principes suivants :
– prise en compte pour le calcul des moyennes des deux modalités d’évaluations formative et sommative ;
diversité des types d’exercices composant l’évaluation : exercices courts de vérification des connaissances,  travaux en présentiel ou à distance, travaux longs.
robustesse des moyennes, garanties par un nombre minimal de notes par période et un nombre suffisant d’exercices variés.
Les principes et conseils de ce guide, élaboré par l’Inspection générale de l’Éducation, du Sport et de la Recherche, sont à mettre en œuvre par les équipes avec l’aide des corps d’inspection, dans le respect de la liberté pédagogique de chaque enseignant et dès le 2e trimestre de l’année scolaire 2020-2021. 
Télécharger le guide

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°6 du 11 février 2021, on retiendra :
Examens

Certificat d’aptitude professionnelle

Création de la spécialité métiers de l’entretien des textiles, option A : blanchisserie, option B : pressing et modalités de délivrance
Arrêté du 11-12-2020

Baccalauréat professionnel

Création de la spécialité métiers de l’entretien des textiles, option A : blanchisserie, option B : pressing et modalités de délivrance
Arrêté du 11-12-2020

Baccalauréat professionnel

Création de la spécialité artisanat et métiers d’art – facteur d’orgues et modalités de délivrance
Arrêté du 15-12-2020

Certificat d’aptitude professionnelle

Création de la spécialité menuisier fabricant et modalités de délivrance
Arrêté du 20-11-2020

Certificat d’aptitude professionnelle

Création de la spécialité menuisier installateur et modalités de délivranceArrêté du 20-11-2020 – JO du 22-1-2021 (NOR : MENE2034459A)Consulter le texte

Sections internationales russes

Adaptation du programme d’histoire-géographie de seconde
Note de service du 12-1-2021

Sections internationales russes

Adaptation du programme d’histoire-géographie de première générale
Note de service du 12-1-2021

Sections internationales russes

Adaptation du programme d’histoire-géographie de terminale générale
Note de service du 12-1-2021

Baccalauréat professionnel

Mise en œuvre du processus de délivrance de l’attestation de réussite intermédiaire
Note de service du 20-1-2021

De son côté, le Bulletin Officiel Spécial n°1 du 11 février 2021 présente les modalités d’organisation et les programmes d’enseignement des classes préparatoires.

Publications

Six mois après leur sortie en 2019 du système éducatif, 41 % des lycéens professionnels sont en emploi salarié
Note d’Information n° 21.06 – février 2021        

Parmi les lycéens du public et du privé sous contrat inscrits en dernière année d’un cycle d’études professionnelles en 2018-2019, de niveau CAP à BTS, un sur deux est toujours en formation l’année suivante. 41 % de ceux qui sont sortis du système scolaire sont en emploi salarié en France six mois après leur sortie. Plus le niveau de formation est élevé, plus les chances de trouver un emploi rapidement sont importantes. L’obtention du diplôme préparé favorise l’insertion professionnelle. L’entrée dans la vie active est plus aisée dans les régions les moins touchées par le chômage et avec davantage de sortants de niveau BTS.
Lire la note d’information

Six mois après leur sortie en 2019 du système éducatif, 62 % des apprentis de niveau CAP à BTS sont en emploi salarié
Note d’Information n° 21.07 – février 2021        

Parmi les apprentis inscrits en dernière année d’un cycle d’études professionnelles en 2018-2019, de niveau CAP à BTS, un sur trois est toujours en formation l’année scolaire suivante. 62 % de ceux qui sont sortis du système scolaire sont en emploi salarié en France six mois après leur sortie. Plus le niveau de formation est élevé, plus les chances de trouver un emploi rapidement sont importantes. L’obtention du diplôme préparé favorise l’insertion professionnelle. L’entrée dans la vie active est plus difficile dans les régions les plus touchées par le chômage. Dans toutes les régions, l’insertion est meilleure pour les spécialités relevant de la production que des services.
Lire la note d’information

Les réorientations dans l’enseignement professionnel sont majoritairement de la voie scolaire vers l’apprentissage
Note d’Information n° 21.08 – février 2021        

Durant les années de préparation d’un CAP ou d’un baccalauréat professionnel, les élèves peuvent changer de type d’enseignement, alternant entre l’apprentissage et la voie scolaire en lycée. Ces réorientations concernent majoritairement des élèves passant du lycée vers l’apprentissage plutôt que le contraire, aussi bien en termes d’effectifs qu’en termes de proportion. À l’issue de la seconde professionnelle, par exemple, 3 % des lycéens (soit 5 500 élèves) se réorientent vers l’apprentissage, alors que seulement une centaine d’apprentis se réorientent vers la voie scolaire. Ces réorientations sont plus fréquentes pour les enfants d’ouvriers et de chômeurs ou inactifs que pour les enfants de cadres ou d’employés, traduisant un accès initial plus difficile à l’apprentissage pour les milieux sociaux moins favorisés.
Lire la note d’information

Résultats de l’enquête Sivis 2019-2020 auprès des établissements publics et privés sous contrat du second degré
Note d’Information n° 21.09 – février 2021        

Au cours des six premiers mois de l’année scolaire 2019-2020, les chefs d’établissement du second degré public et privé sous contrat ont déclaré en moyenne 7,9 incidents graves pour 1 000 élèves. 40 % des chefs établissements ne déclarent aucun incident grave, 15 % en déclarent 10 ou plus. Le degré d’exposition à la violence diffère suivant les établissements, leur type ou leur profil social. La violence scolaire se manifeste par les atteintes aux personnes dans 80 % des cas. La plupart des actes relèvent de violences verbales notamment dans les collèges.
Lire la note d’information

Regards extérieurs

Piloter : entre métiers et activités
Édubref | Février 2021

Qui sont les actrices et les acteurs du pilotage du système éducatif français ? Comme le montrent l’histoire et la sociologie des professions, le nombre et le statut de ces dizaines de milliers de professionnel.les ont été profondément transformés depuis deux siècles, et sont aujourd’hui encore sujets de nombreux débats.Durant les dernières décennies, les visées qui guident leur action ont été profondément redéfinies par la nouvelle gestion publique. Au premier plan figurent désormais à la fois des objectifs de performance, mais aussi d’équité et de bien-être des élèves et des personnels. L’insuffisance des moyens alloués à ces fins entraine parfois des situations d’injonctions paradoxales. Ces dernières, comme d’autres objets de travail commun moins conflictuels au quotidien, rendent nécessaires des pratiques cognitives et langagières de traduction visant à négocier et expliciter le sens des réformes, à enrôler d’autres actrices et acteurs dans le changement éventuel de pratiques. Les activités de pilotage s’appuient également à toutes les échelles sur des outils techniques dont le nombre augmente et la nature se complexifie (contrats d’objectifs, logiciels d’affectation et environnements numériques de travail, etc.).Les tensions inhérentes à ces activités sont de mieux en mieux identifiées par celles et ceux pratiquant des approches cliniques en recherche. Optimisation d’un temps de travail émietté, multiplication des tâches administratives à effectuer et ambitions de renouvèlement pédagogique à assumer sont au coeur des préoccupations actuelles des « managers de la République » (A.Barrère, 2006).
Télécharger la version intégrale (version PDF)

#VeilleÉducative de la semaine 2021-05

Mobilité des personnels • Doctorat • Plan numérique

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°5 du 4 février 2021, on retiendra :

Mouvement

Dépôt et instruction des candidatures à un poste dans les écoles européennes – rentrée scolaire 2021/2022
Note de service du 25-1-2021

Dépôt et instruction des candidatures à un poste dans les établissements d’enseignement secondaire de la principauté de Monaco – année scolaire 2021-2022
Note de service du 21-1-2021

Publications

Le doctorat en France : du choix à la poursuite de carrière
Rapport IGÉSR

Parallèlement les aspirations professionnelles des doctorants ont également changé, si la majorité d’entre eux se destine toujours à des carrières de recherche dans le secteur public ou privé, ils sont de plus en plus nombreux à vouloir mettre à profit la formation par la recherche dans d’autres domaines d’activité.Ce rapport dresse un état des lieux du doctorat et identifie de bonnes pratiques et des communautés d’acteurs particulièrement dynamiques. Il formule des recommandations sur des améliorations à apporter déclinées en six axes : l’orientation vers le doctorat, la qualité de l’information, les modalités de recrutement et de financement, les conditions de déroulement de la thèse, la préparation de l’insertion professionnelle et enfin les actions à conduire pour accroitre l’attractivité du doctorat.
Le doctorat en France : du choix à la poursuite de carrière

Évaluation multidimensionnelle de l’impact d’équipements numériques mobiles sur les apprentissages des élèves : premiers résultats des effets du Plan numérique de 2015
Note d’Information n° 21.05 – février 2021

Les premiers résultats de l’Évaluation Longitudinale des Activités liées au Numérique Éducatif (Élaine) rendent compte des effets de l’attribution d’équipements numériques mobiles (principalement des tablettes) sur les apprentissages des élèves en cinquième puis en quatrième. Ces équipements ont notamment été distribués dans le cadre du Plan numérique de 2015, sous la forme de tablettes, individuellement (équipements individuels mobiles – EIM) ou collectivement (classes mobiles – CM). En fin de cinquième, on observe un effet positif des EIM sur les résultats des élèves en compréhension orale du français et sur leurs compétences numériques. En fin de quatrième, les résultats des élèves bénéficiaires d’EIM connaissent également une évolution positive en compréhension écrite du français et en mathématiques par rapport aux élèves non équipés. De manière générale, les effets mesurés deux ans après la distribution des EIM correspondent à la progression d’un rang dans la classe pour un élève médian. Un impact positif des CM de même ampleur s’observe également sur les compétences mathématiques et numériques des élèves de quatrième en fin d’année scolaire. Les premières analyses montrent par ailleurs certains effets différenciés des équipements numériques mobiles selon le sexe, l’origine sociale des élèves ou la composition sociale du collège. Les données renseignant les usages des équipements en classe et en dehors du collège ainsi que l’appropriation des équipements par les enseignants permettent d’explorer des mécanismes potentiels.La disponibilité d’EIM conduit les enseignants à intégrer davantage le numérique dans leurs pratiques professionnelles, tandis que la disponibilité de CM reste en revanche sans effet.
Lire la note d’information

#VeilleÉducative de la semaine 2021-04

Mobilité professionnelle • Évaluation des élèves • Relations école/familles dans le cadre du confinement

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°4 du 28 janvier 2021, on retiendra :

Mobilité
Détachement des personnels enseignants des premier et second degrés, d’éducation et psychologues de l’éducation nationale auprès d’une administration ou d’un établissement public relevant de la fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière, ou dans le monde associatif – année scolaire 2021-2022

Les lignes directrices de gestion ministérielles relatives à la mobilité des personnels du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (MENJS), publiées au BOEN spécial n° 10 du 16 novembre 2020, déterminent de manière pluriannuelle les orientations générales de la politique de mobilité du ministère.La présente note de service s’inscrit dans le cadre de ces lignes directrices de gestion (cf. I.2.1). Elle a pour objet de préciser, pour l’année scolaire 2021-2022, les règles spécifiques et les procédures applicables au détachement des personnels enseignants des premier et second degrés, d’éducation et psychologues de l’éducation nationale (PsyEN) relevant du MENJS, notamment vers les administrations et établissements publics relevant d’autres ministères, les collectivités territoriales et établissements publics territoriaux, ainsi qu’auprès d’organismes privés dans le cadre d’une mission d’intérêt général ou de recherche, du secteur associatif, etc.Les dispositions décrites ci-dessous ne concernent pas les détachements prononcés pour exercer à l’étranger, pour lesquels il convient de se reporter à la note de service du 6 août 2020, relative aux détachements dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger publiée au BOEN n° 32 du 27 août 2020.Le détachement constitue un processus visant à favoriser la mobilité des fonctionnaires et la construction de nouveaux parcours professionnels.
Note de service du 19-1-2021

Publications

Évaluations repères 2020 de début de CP et de CE1 : baisse des performances par rapport à 2019, notamment en français en CE1, et hausse des écarts selon les secteurs de scolarisation
Note d’Information n° 21.02 – janvier 2021

À la rentrée scolaire 2020, l’ensemble des élèves de CP et de CE1 a été évalué en français et en mathématiques (1,6 million d’élèves dans près de 31 000 écoles) après l’épisode du confinement de mars à avril 2020.ü  En début de CP, on observe une légère baisse de la part des élèves ayant une maîtrise satisfaisante, quel que soit le domaine évalué par rapport à 2019. Dans l’ensemble, les baisses les plus fortes en français comme en mathématiques, correspondent à des domaines travaillés en fin de grande section de maternelle.ü  En début de CE1, la baisse est plus marquée en français qu’en mathématiques, en particulier dans les domaines de la lecture et de l’écriture.ü  Ces évolutions s’accompagnent, en CP comme en CE1, d’une hausse des écarts des performances entre les élèves de l’éducation prioritaire et ceux scolarisés hors éducation prioritaire, contrairement à la stabilité observée en 2019 en CP et à la baisse observée en 2019 en CE1.ü  Comme lors des éditions précédentes de l’évaluation Repères, on constate un renversement des performances des élèves en mathématiques selon le sexe à l’entrée en CE1. En effet, les garçons y présentent de meilleures performances que les filles, ce qui n’est pas le cas en début de CP.
Lire la note d’information 

800 000 élèves évalués en début de sixième en 2020 : des performances en hausse, mais toujours contrastées selon les caractéristiques des élèves et des établissements
Note d’Information n° 21.03 – janvier 2021

En septembre 2020, l’ensemble des élèves de sixième ont été évalués en français et en mathématiques sur support numérique (800 000 élèves dans près de 7 000 établissements) pour la quatrième année consécutive. L’évaluation a eu lieu après l’épisode du confinement de mars à avril 2020.ü  On constate une amélioration des résultats, en français comme en mathématiques par rapport à 2019. En français, près de neuf élèves sur dix ont une maîtrise satisfaisante ou très bonne des connaissances et des compétences évaluées en début de sixième. En mathématiques, ils sont plus de sept sur dix.ü  Les filles présentent de meilleures performances que les garçons en français, alors qu’en mathématiques les résultats sont comparables. Les performances restent très variables selon le profil social des collèges.ü  En 2020, l’analyse de données complémentaires issues de tests spécifiques vient confirmer ces constats dans chaque discipline.ü  Enfin, les résultats d’un test de fluence, calculés sur un échantillon d’élèves, indiquent que seulement un peu plus de la moitié des élèves de sixième présentent un niveau de fluence satisfaisant avec de nettes différences selon le secteur de scolarisation.
Lire la note d’information 

Dispositif d’évaluation des conséquences de la crise sanitaire : le point de vue des directeurs et directrices d’école
Note d’Information n° 21.04 – janvier 2021

À la rentrée 2020, un quart des directeurs et directrices d’école estiment que le niveau en lecture et en maîtrise des nombres est plus faible pour tous ou pour la plupart des élèves de CE1 que lors de la rentrée 2019. Mais dans le même temps, près de 20 % d’entre eux estiment que ce niveau est meilleur pour tous ou pour la plupart des élèves de CE1. Ces constats sont plus dégradés pour les écoles du réseau d’éducation prioritaire (REP et REP+).ü  Les priorités à la rentrée sont ainsi d’identifier et de remédier aux difficultés de chacun, mais aussi, particulièrement dans les écoles de REP et de REP+, de rassurer les élèves sur la situation sanitaire. Les directeurs et directrices soulignent des incidences positives du confinement dans les relations entre les enseignants et les familles, surtout pour les écoles de REP et de REP+ où la grande majorité d’entre eux affirme que la participation des élèves au dispositif de continuité pédagogique pourrait avoir une incidence positive sur le lien entre école et famille. Ils identifient également des incidences bénéfiques de la période de confinement en termes d’autonomie et dans le domaine du numérique mais pas sur la motivation et la collaboration entre élèves.
Lire la note d’information

Regards extérieurs

Les effets du confinement sur la relation école-familles.
Rapport d’enquête | Institut Français de l’Éducation | Novembre 2020

 L’Institut Français de l’Éducation travaille depuis longtemps, dans le cadre de ses travaux de recherche, de formation et d’accompagnement des acteurs, sur la réalité des activités d’enseignement et d’appui à l’enseignement, ainsi que sur les conditions de travail des acteurs éducatifs. L’enquête « Effets du confinement sur les professionnels de l’enseignement » a été conçue pendant le confinement dans le but de recueillir des données sur :
•Le vécu des acteurs de l’enseignement pendant la période de confinement ;
•Les effets du confinement sur la reconfiguration de l’activité (priorités, préoccupations et activité ré-elle en situation) ;
•Les difficultés rencontrées et les besoins perçus en lien avec ce contexte (besoins de formation et accompagnement au développement professionnel) ;
Les premiers éléments d’analyse des effets appelés à durer du confinement sur les activités d’enseignement et d’appui à l’enseignement. Il s’agissait également de proposer aux acteurs de qualifier l’expérience vécue et de leur donner l’occasion d’exprimer leur point de vue en tant que professionnels sur cette période «extra-ordinaire». Cette enquête s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitatives et quantitatives, dont l’objectif est de com-prendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.
Lire le rapport

#VeilleÉducative de la semaine 2021-03

Baccalauréat 2021 • Continuité pédagogique • Taille des classes

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Baccalauréat général et technologique : adaptation des modalités d’organisation de l’examen au contexte sanitaire

A titre exceptionnel pour cette année 2020-2021 et pour tenir compte des incertitudes liées à la crise sanitaire, les épreuves de spécialité du baccalauréat général et technologique seront évaluées en contrôle continu. Les épreuves terminales du mois de juin sont maintenues.Les mesures décidées permettent aux élèves et aux professeurs de préparer sereinement les épreuves de juin et la suite de leurs  études supérieures et de disposer d’une  plus grande prévisibilité sur la deuxième moitié de l’année scolaire dans un contexte sanitaire incertain.
Sur le site du ministère

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°3 du 21 janvier 2021, on retiendra :

Coronavirus
Poursuite de la continuité pédagogique dans les établissements face à la situation sanitaire

La situation sanitaire implique des aménagements complémentaires [par rapport au plan de continuité pédagogique de juillet 2020 et à la circulaire du 6 novembre 2020] :
• possibilité de prolonger le plan au delà des congés d’hiver, après bilan pédagogique sur la situation et la progression effective des élèves, en priorisant la scolarisation en présentiel des classes à examen ;
• organisation de la préparation personnalisée des élèves aux épreuves du baccalauréat (avec recours possible aux heures supplémentaires) ;
• organisation sur la base du volontariat de stages de réussite concernant les enseignement de spécialité de terminale durant les vacances d’hiver ;
• possibilité d’adapter les mêmes conditions en collège pour les classes de 4ème et de 3ème après autorisation des autorités académiques
Circulaire du 15-01-2021

Publication

Dans le premier degré, la diminution de la taille des classes se poursuit à la rentrée 2020
Note d’Information n° 21.01 – janvier 2021

À la rentrée 2020, la taille des classes du premier degré continue de diminuer, que ce soit dans les écoles publiques ou privées sous contrat, et dans les classes de niveau préélémentaire ou élémentaire. Cette tendance est particulièrement marquée depuis 2017 dans les écoles publiques, suite à la mise en œuvre des dédoublements de classes en éducation prioritaire.
Ces mesures, qui ont d’abord concerné les classes de CP-CE1, et depuis la rentrée 2020 les grandes sections de maternelle, n’ont pas retiré de moyens aux autres niveaux.
Elles n’ont pas non plus été réalisées aux dépens des écoles rurales ou urbaines hors éducation prioritaire, dont le nombre d’élèves par classe diminue également.
Lire la note d’information

#VeilleÉducative de la semaine 2021-02

Relance et continuité pédagogique • Élèves à besoins particuliers • Numérique et pandémie

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraires les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes publiés au Bulletin officiel n°2 du 14 janvier 2021, on retiendra :

Plan de relance – Continuité pédagogique
Appel à projets pour un socle numérique dans les écoles élémentaires

Le plan de relance vise à faire face aux défis économiques et sociaux causés par l’épidémie de la Covid-19.
La crise sanitaire a entrainé une forte mobilisation des outils numériques lors des périodes de confinement. Dans ce cadre, le plan de relance présenté par le Gouvernement le 3 septembre dernier comporte un important volet dédié à la transformation numérique de l’enseignement, pour contribuer à porter la généralisation du numérique éducatif et ainsi assurer la continuité pédagogique et administrative au regard de l’expérience de la crise sanitaire de la Covid-19.
Cet appel à projets centré sur le 1er degré vise à réduire les inégalités scolaires et à lutter contre la fracture numérique en contribuant à assurer un égal accès au service public de l’éducation.
L’ambition de cet appel à projets est d’appuyer la transformation numérique des écoles en favorisant la constitution de projets fondés sur trois volets essentiels : l’équipement des écoles d’un socle numérique de base, les services et ressources numériques, objets du présent appel à projets, et l’accompagnement à la prise en main des matériels, des services et des ressources numériques qui sera conduit en partenariat par les services académiques, les équipes éducatives et les collectivités concernées.
Dans ce but, l’État investit 105 millions d’euros à compter de 2021 dans le cadre du plan de relance pour soutenir les projets pédagogiques de transformation numérique dans l’ensemble des écoles.
Plan de relance

Étudiants ou fonctionnaires stagiaires se destinant aux métiers du professorat et de l’éducation concernant la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers
Cahier des charges relatif aux contenus de la formation initiale spécifique


La formation initiale délivrée par les Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (Inspé) permet aux étudiants inscrits en master des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) de développer leurs compétences à la mise en œuvre d’une scolarisation inclusive.
Le dispositif de formation s’inscrit dans un principe de continuum de formation tout au long de la vie sur les savoirs professionnels de l’éducation inclusive qui sont dispensés à tous les étudiants engagés dans les trois premières mentions du master et sur l’ensemble du cursus.
Les professeurs et conseillers principaux d’éducation stagiaires qui n’ont pas suivi une formation initiale en master MEEF bénéficient également d’actions de formation à la scolarisation inclusive des élèves d’un volume horaire au moins équivalent à ceux qui ont suivi la formation en master MEEF.
Arrêté du 25-11-2020

Publication

Les usages pédagogiques du numérique en situation pandémique durant la période de mars à juin 2020
Rapport de l’IGESR n°2020-133 • octobre 2020 (publié le 15 janvier 2021)

Ce rapport analyse les usages pédagogiques du numérique au service de la continuité pédagogique en situation de crise sanitaire dans l’ensemble du cursus scolaire durant la période de mars à juin 2020.
S’appuyant sur de nombreux entretiens, sur une enquête réalisée auprès d’environ 400 professeurs et sur des observations directes, la mission d’inspection générale identifie les difficultés que les enseignants ont rencontrées et analyse les stratégies adoptées pour y faire face.
Le rapport énonce des recommandations visant à éviter les nombreux écueils rencontrés, à pérenniser certains des usages numériques adoptés en dehors d’une situation de crise, et à aider l’ensemble de la communauté pédagogique à se tenir prête au cas où il serait à nouveau nécessaire de recourir à un enseignement à distance.
Les situations des écoles maternelles, des lycées professionnels et des réseaux d’éducation prioritaire REP et REP+ font l’objet d’approfondissements particuliers.
Les usages pédagogiques du numérique en situation pandémique

#VeilleÉducative de la semaine 2021-01

Médiateurs académiques • Bilan social du ministère • Égalité professionnelle • Conséquences de la crise sanitaire

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes publiés au Bulletin Officiel n°1 du 7 janvier 2021, on retiendra :

Médiateurs académiques
Liste des médiateurs académiques nommés à partir du 1er janvier 2021 pour un an renouvelable.
Arrêté du 17-12-2020

Publications

Bilan social du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports 2019-2020 – Enseignement scolaire
DEPP | janvier 2021

Le Bilan social national de l’enseignement scolaire dresse un panorama de l’ensemble des personnels enseignants et non enseignants du ministère en charge de l’Éducation nationale au cours de l’année 2019-2020. Il présente des indicateurs dans divers domaines : effectifs et caractéristiques des agents, recrutement, rémunération, carrières, conditions de travail, retraite, etc. À partir d’informations statistiques objectives, le Bilan social offre une vision à la fois globale et détaillée du potentiel humain du ministère. Il vise à nourrir la réflexion des acteurs du système éducatif et de la fonction publique comme celle du grand public.
Télécharger le Bilan social 2019-2020

Rapport de situation comparée

La part des femmes parmi les enseignants des secteurs public et privé sous contrat et parmi les personnels non enseignants du secteur public rémunérés au titre de l’Éducation nationale a augmenté de 3 points en onze ans, passant de 70 % en 2008 à 73 % en 2019. Cette évolution diffère selon les filières professionnelles.
Consultez le Rapport de situation comparée relatif à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes du MENJS

Regards extérieurs

Les effets de la crise Covid-19 sur la productivité et la compétitivité
Conseil National de Productivité | Janvier 2021

Le deuxième rapport du Conseil national de productivité (CNP) se concentre sur les conséquences de la crise économique et sociale sans précédent générées par la Covid-19 sur la productivité et la compétitivité de la France. Le rapport présente notamment une comparaison des plans d’urgence et de relance et évalue leurs impacts potentiels sur les déséquilibres courants en zone euro.
Lire le rapport

#VeilleÉducative de la semaine 2020-52

Journée franco-allemande 2O21

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°49 du 24 décembre 2020, on retiendra :

Actions éducatives
Journée franco-allemande du 22 janvier 2021

À l’occasion de la célébration du Traité de l’Élysée le 22 janvier 2003, cette date est devenue, dans les deux pays, la Journée franco-allemande. L’organisation de cette journée dans les écoles et les établissements scolaires le 22 janvier 2021 revêt une importance particulière après la signature par le président de la République et la chancelière de la République fédérale d’Allemagne à Aix-la-Chapelle du nouveau Traité sur la coopération et l’intégration franco-allemande. En effet, ce Traité a consacré l’importance de l’apprentissage de la langue du partenaire. Il engage en outre les deux gouvernements à élargir les programmes franco-allemands de mobilité et à mettre en place des outils d’excellence dans le champ de l’enseignement et de la formation professionnels.
La journée permet de présenter aux élèves et aux familles les avantages que représente le choix de l’allemand comme première ou deuxième langue vivante dans un parcours scolaire. L’accent est mis sur les atouts que procurent le plurilinguisme et la maîtrise de la langue du partenaire, qu’il s’agisse de l’ouverture culturelle ou des opportunités économiques offertes en Europe et dans le monde. Les élèves et leur famille sont également informés sur les programmes d’échanges et de rencontres ainsi que sur les possibilités d’études, de stages et d’emploi dans le pays voisin. La journée contribue à la promotion de la langue et de la culture du pays partenaire auprès de tous les élèves, germanistes ou non.
Le 22 janvier 2021 – ou autour de cette date -, les écoles et les établissements scolaires sont invités à organiser des activités mobilisant l’ensemble de la communauté éducative. Dans le contexte singulier de la pandémie, le slogan proposé à leur réflexion pour développer des activités avec les élèves en lien avec ceux de leur école ou établissement partenaire allemand est le suivant : « Deutschland und Frankreich: Gemeinsam Grenzen überwinden / France et Allemagne : ensemble, dépassons les frontières ! »
Note de service du 14-12-2020

#VeilleÉducative de la semaine 2020-51

Rentrée 2021 • Bilan social 2020 • Laïcité • Politique éducative • Climat scolaire

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Actualité

Rentrée scolaire 2021 : un taux d’encadrement inédit dans le 1er degré et des moyens d’enseignement préservés de la sixième au post-bac

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a présenté au comité technique ministériel réuni le 16 décembre 2020 l’ensemble des mesures nouvelles prévues par la loi de finances et leur répartition par académie pour la rentrée scolaire 2021. L’éducation nationale, cette année encore et plus que jamais, demeure une priorité forte du gouvernement comme en témoigne son budget, premier budget de la Nation.
Malgré une baisse attendue de 12 500 élèves entre premier et second degrés, les moyens d’enseignement seront en augmentation et les emplois des personnels administratifs préservés pour la seconde année consécutive.
La rentrée 2021 sera celle d’une priorité réaffirmée en faveur du premier degré, de la maîtrise des savoirs fondamentaux et de la prise en charge dès le plus jeune âge des difficultés d’apprentissage. Le second degré verra quant à lui ses moyens d’enseignement maintenus et même renforcés par les mesures d’accompagnement du Plan de Relance.
Le premier degré : une priorité constante, un taux d’encadrement inédit
À la rentrée 2021, une forte baisse démographique est attendue. L’école primaire, qui a accueilli 73 000 élèves de moins en septembre 2020, devrait voir ses effectifs diminuer d’au moins 56 000 élèves.
La déprise démographique cumulée pour 2020 et 2021 correspond à quelque 5 800 emplois.
Pourtant, avec 2 489 moyens d’enseignement créés en 2021, l’école primaire se verra soutenue de façon significative pour permettre à chaque écolier dès 3 ans de bénéficier d’apprentissages renforcés sur l’ensemble du territoire et donner les mêmes chances à tous d’une scolarité réussie.
La préservation des moyens d’enseignement pour le second degré
Le volume d’enseignement du second degré est maintenu pour la rentrée 2021.
Pour la rentrée prochaine, après une hausse d’élèves beaucoup moins importante que prévue en 2020, les collèges et les lycées pourraient accueillir jusqu’à 43 500 élèves en plus à la rentrée 2021 (+0,9%), notamment sur les formations post-bac. Afin de compenser entièrement la suppression de 1 800 emplois (ETP), l’équivalent de 1 847 ETP en heures supplémentaires annuelles (HSA) seront ajoutées aux moyens du secondaire.
Le renforcement des moyens dédiés à l’accompagnement des élèves en situation de handicap
À la rentrée scolaire 2021, 4 000 ETP d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) supplémentaires seront déployés dans les académies.
Ajoutés aux 8 000 nouvelles implantations effectuées en 2020, cela porte le contingent total d’AESH à 77 697 ETP.
Rentrée scolaire 2021

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°48 du 17 décembre 2020, on retiendra :

Vacances scolaires

Calendrier scolaire de l’année 2021-2022
Arrêté du 15-12-2020 – J.O. du 16-12-2020

Personnels
Inscription au BELC numérique hiver 2021, organisé par France Éducation International (nouveau nom du Ciep)

La situation sanitaire mondiale, liée à la pandémie de Covid-19, a conduit France Éducation international, à proposer une alternative en ligne à son Université d’hiver – Belc, qui se tient traditionnellement en présence à Sèvres. Le Belc numérique hiver 2021 est une formation entièrement à distance conçue pour tous les acteurs du français dans le monde leur permettant de bénéficier de parcours de formation professionnelle de qualité.
(NOR : MENB2032809X

Publications 

Dispositif académique de validation des acquis : une baisse de 9 % des diplômes délivrés en 2019 à relativiser
Note d’Information n° 20.49 – décembre 2020 

En 2019, le nombre des candidatures examinées par un jury VAE diminue de 8 % et celui des diplômes délivrés de 9 %, après un rebond temporaire en 2018.Ces évolutions sont liées à la rénovation du CAP Petite enfance : en dehors de ce CAP, le nombre des candidatures examinées et des validations totales décidées par les jurys progresse de 1 % (+ 3 % entre 2017 et 2019). Le nouveau CAP Accompagnant éducatif qui remplace le CAP Petite enfance a rassemblé deux fois moins de candidatures (2 000 au total), ce qui le place en seconde position derrière le diplôme d’État d’éducateur spécialisé et devant le diplôme d’État de moniteur éducateur.
Note d’Information n°20.49

Les personnels de l’Éducation nationale en 2019-2020
Note d’Information n° 20.50 – décembre 2020 

En 2019-2020, 1,2 million de personnes sont rémunérées au titre de l’Éducation nationale : 886 000 appartiennent à un corps enseignant dans les secteurs public et privé sous contrat et 268 000 autres personnels exercent dans les écoles et les établissements scolaires du secteur public, les services déconcentrés et l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, au titre de l’enseignement scolaire. Les effectifs des personnels augmentent de 1,6 % par rapport à l’année précédente, principalement en raison de la forte croissance des recrutements d’accompagnants d’élèves en situation de handicap. Les enseignants fonctionnaires ont en moyenne 16 ans d’ancienneté en activité dans un corps enseignant. Le nombre d’admis aux concours enseignants baisse en 2019. Depuis 2010, la part des femmes parmi les personnels de l’Education nationale poursuit sa progression, très forte chez les non-enseignants (+ 6 points), plus modérée chez les enseignants (+ 1,5 point).
Note d’Information n°20.50  

Bilan social du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports,
Enseignement scolaire, édition 2020

Le Bilan social national de l’enseignement scolaire dresse un panorama de l’ensemble des personnels enseignants et non enseignants du ministère de l’Éducation nationale au cours de l’année 2019-2020.Il présente des indicateurs dans divers domaines : effectifs et caractéristiques des agents, recrutement, rémunération, carrières, conditions de travail, climat scolaire auprès des personnels du second degré de l’Éducation nationale, retraite et démissions, promotions, etc. À partir d’informations statistiques objectives, le Bilan social offre une vision à la fois globale et détaillée du potentiel humain du ministère. Il vise à nourrir la réflexion des acteurs du système éducatif et de la fonction publique comme celle du grand public.
Bilan social 2020

Vade-mecum « Laïcité et expression de convictions de nature politique, philosophique et religieuse en accueils collectifs de mineurs à caractère éducatif »

Le 9 décembre, journée nationale de la laïcité, est publié le vade-mecum « Laïcité et expression de convictions de nature politique, philosophique et religieuse en accueils collectifs de mineurs à caractère éducatif ». Ce document a été élaboré dans le prolongement du vade-mecum « laïcité à l’école » par le Conseil des sages de la laïcité en lien avec la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la jeunesse (DJEPVA).
Les valeurs de la République et la laïcité constituent pour ces structures des valeurs et un principe qui sont au cœur de ces accueils et qui facilitent l’intégration de tous les mineurs et contribuent au « vivre ensemble ». Ce vade-mecum a pour objet de rappeler aux différents acteurs des ACM, les règles qui doivent prévaloir dans ces accueils notamment s’agissant de la laïcité.
Le Vade-mecum

Regards extérieurs

Perspectives des politiques de l’éducation en France
OCDE • 2020

Ce profil de politique nationale sur l’éducation en France fait partie de la série Perspectives des politiques de l’éducation. S’appuyant sur le premier profil politique pour la France (2014), il offre une analyse concise de la situation actuelle du système éducatif en termes de points forts, de défis et d’efforts politiques en cours, et de sa comparaison avec d’autres systèmes. Le profil rassemble plus d’une décennie d’analyse des politiques par les Perspectives des politiques de l’éducation, ainsi que les dernières données de l’OCDE, les travaux thématiques et nationaux pertinents et d’autres données internationales et nationales. Il propose également une analyse des premières réponses du système éducatif français à la crise COVID-19 et donne un aperçu des approches visant à renforcer la réactivité et la résilience pour l’avenir.
Perspectives des politiques de l’éducation en France

Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires
Dossier de veille de l’IFÉ n°136 | Décembre 2020

Les espaces scolaires sont les lieux dédiés à l’apprentissage et à la socialisation dans les établissements scolaires. En analysant la répartition et l’occupation de ces espaces par les élèves et les différents personnels, les travaux de recherche mettent en évidence l’histoire d’une forte symbolique des salles de classe, domaines dévolus à l’acte d’enseigner, donc considérés comme centraux. Ce qui se passe dans les autres espaces scolaires (cour de récréation, couloirs, bureaux, etc.) est à la fois moins décrit et analysé dans la littérature de recherche, et moins visible, y compris aux yeux de l’institution scolaire. Or c’est bien dans l’ensemble des espaces scolaires que se déroule la vie sociale des élèves, qu’il y a besoin de les écouter, que se forge l’apprentissage des codes et des normes scolaires, en même temps que l’apprentissage des savoirs et des compétences, entre pairs. Des enquêtes portant sur le confinement du printemps 2020 mettent en lumière la nécessité de ces espaces-temps dans la scolarité, transposables très difficilement à la maison. L’analyse des espaces amène donc à mieux comprendre ce que recouvre la notion de « vie scolaire » et la manière dont elle est prise en charge par les différents personnels de l’établissement, dans les différents espaces qu’ils occupent.Sans prétendre à l’exhaustivité, et à partir d’études portant sur la professionnalité des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE) notamment, sur l’histoire de l’éducation et empruntant à la sociologie et à la philosophie, ce Dossier de veille présente une cartographie sommaire des espaces des établissements du second degré : l’objectif est de mieux comprendre quelle division du travail peut être à l’œuvre entre les personnels, et comment ces derniers accompagnent la socialisation ou l’apprentissage de la citoyenneté des élèves dans ces espaces.Nous poursuivrons ces analyses dans le cadre plus large de l’espace social des élèves hors cadre scolaire, en nous appuyant sur le droit à l’éducation et à l’aune des « nouvelles » problématiques éducatives évoquées par le chercheur Benjamin Moignard : quel rôle des personnels, et notamment les CPE, dans le contact avec les familles, avec les partenaires extérieurs ? Quelle complémentarité avec les missions de direction ? Au final, les problématiques de la place de l’école dans la société, de son ouverture sur l’espace public s’invitent au cœur même des établissements, dans le quotidien des personnels de vie scolaire.
Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF)

#VeilleÉducative de la semaine 2020-50

Handicap • TIMSS 2019 • École maternelle

Suivi hebdomadaire de l’actualité éducative. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de sites institutionnels.

Instructions officielles

Parmi les textes parus au Bulletin Officiel n°47 du 10 décembre 2020, on retiendra :

Organisation de la procédure et adaptations et aménagements des épreuves d’examen et concours pour les candidats en situation de handicap

La présente circulaire a pour objet de préciser les dispositions relatives aux aménagements des épreuves des examens et concours de l’enseignement scolaire et les épreuves du brevet de technicien supérieur (BTS), du diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) et du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) prises en application de l’article L. 112-4 du Code de l’éducation. Elle abroge et remplace, la circulaire n° 2011-220 du 27-12-2011 relative à l’organisation des examens et concours de l’enseignement scolaire et de l’enseignement supérieur pour les candidats présentant un handicap et la circulaire n° 2015-127 du 3-8-2015 relative à l’organisation des examens et concours de l’enseignement scolaire pour les candidats présentant un handicap.Ce texte s’inscrit dans le cadre d’une simplification administrative de la procédure de demande. Il a pour objectif de garantir la continuité et la cohérence entre les aménagements mis en place sur le temps scolaire et ceux mis en place lors du passage des épreuves d’examens et concours concernés par la présente circulaire.Les formulaires nationaux de demande, en annexe de cette circulaire, devront désormais être utilisés en fonction de l’examen ou du concours présenté. Ils visent à garantir une harmonisation de la procédure sur l’ensemble du territoire afin d’assurer une égalité de traitement des candidats.La présente circulaire est applicable à partir de l’année scolaire 2020/2021 aux sessions d’examen et concours dont les premières épreuves sont organisées. L’année scolaire 2020/2021 étant une année de transition, les aménagements accordés lors de l’année scolaire 2019/2020 sont reconduits.
Circulaire du 8-12-2020

Publications 

TIMSS 2019 – Évaluation internationale des élèves de CM1 en mathématiques et en sciences : les résultats de la France toujours en retrait
Note d’Information n° 20.46 – décembre 2020

L’étude internationale TIMSS 2019 mesure les performances en mathématiques et en sciences des élèves à la fin de la quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 pour la France). Pour la plupart, ces élèves sont entrés en cours préparatoire (CP) en 2015. Par rapport à l’évaluation TIMSS 2015, les performances des élèves français montrent une très grande stabilité. Avec un score de 485 points en mathématiques et de 488 points en sciences, la France, se situe en deçà de la moyenne européenne ainsi que de celle des pays de l’OCDE, globalement et quel que soit le domaine de contenus ou le domaine cognitif considéré. En France, comme quatre ans plus tôt, filles et garçons obtiennent le même score en sciences ; en revanche, en mathématiques les garçons réussissent mieux que les filles.ü  Selon les enseignants français, l’offre de formation continue en mathématiques s’est particulièrement améliorée entre 2015 et 2019, ce qui n’est pas le cas en sciences.
Lire la note d’information  

TIMSS 2019 Mathématiques au niveau de la classe de quatrième : des résultats inquiétants en France
Note d’Information n° 20.47 – décembre 2020

L’étude internationale TIMSS 2019 mesure les performances en mathématiques des élèves à la fin de la classe de quatrième. Avec un score de 483 points, la France se situe sous la moyenne internationale des pays participants de l’UE et de l’OCDE (511).ü  La France n’amène que 2 % de ses élèves au niveau avancé en mathématiques alors qu’ils sont en moyenne 11 % dans ces pays. Entre 1995 et 2019, les résultats des élèves ont baissé de façon significative en France. Une comparaison longitudinale entre le niveau CM1 évalué en 2015 et celui de quatrième en 2019 ne montre pas d’évolution dans le classement de la France. Les points forts des élèves de France se situent dans les domaines mathématiques des statistiques et probabilités et de la géométrie ; les points faibles en algèbre et dans le domaine cognitif « connaître ». La confiance en soi et la motivation des élèves à l’égard des mathématiques se dégradent fortement entre le CM1 et la quatrième. Les élèves ont en France moins souvent accès à un ordinateur en cours de mathématiques qu’en moyenne internationale (OCDE et UE).
Lire la note d’information
 

TIMSS 2019 Sciences au niveau de la classe de quatrième : les résultats de la France en retrait à l’échelle internationale
Note d’Information n° 20.48 – décembre 2020

L’étude internationale TIMSS 2019 mesure les performances en sciences des élèves à la fin de la huitième année de scolarité obligatoire, classe de quatrième en France. Avec un score de 489 points en sciences, la France se situe sous la moyenne internationale des pays de l’UE et de l’OCDE (515). La France n’amène que 3 % de ses élèves au niveau avancé en sciences alors qu’ils sont en moyenne 10 % dans les pays de l’UE et de l’OCDE. Entre 1995 et 2019, en France, les résultats des élèves n’ont pas évolué de façon significative hormis l’écart de score entre filles et garçons qui n’existe plus. Une comparaison longitudinale entre la classe de CM1 et celle de quatrième ne montre que peu d’évolution dans le classement de la France par rapport aux autres pays. Les points forts relatifs des élèves de France se situent dans le domaine cognitif « Raisonner » et dans le domaine scientifique « Sciences de la Terre et de l’Univers ».
En France, en sciences, les élèves sont moyennement confiants en eux, ils sont nombreux à expérimenter de façon régulière et à être confrontés à des activités d’investigation scientifique, mais ne se voient que peu souvent proposer des activités numériques.
Lire la note d’information

Note d’analyse et de propositions du CSP sur le programme d’enseignement de l’école maternelle
Conseil Supérieur des Programmes | 9 décembre 2020

La loi pour l’École de la confiance du 28 juillet 2019 fixe une obligation d’instruction à partir de trois ans et révise ainsi le temps de la scolarité obligatoire. Dès lors, comme il le précise dans sa lettre de mission, le ministre souhaite que le CSP confronte « l’esprit des évolutions apportées par la loi [pour l’École de la confiance] et le programme [de maternelle] actuellement en vigueur […] » et qu’il lui soumette « des pistes d’aménagement de ce programme ». 
Afin de répondre à cette demande et pour  éclairer ses réflexions, le CSP a consulté et auditionné plusieurs personnalités : des inspecteurs généraux, des responsables pédagogiques à la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère, des professeurs et des chercheurs. Les travaux engagés ont abouti à l’élaboration d’une note intitulée « Note d’analyse et de propositions sur le programme d’enseignement de l’école maternelle ».
Organisée en cinq parties, cette note présente l’analyse que fait le CSP des grands enjeux de l’école maternelle : l’instruction obligatoire dès l’âge de 3 ans, la prise en compte des spécificités de l’école maternelle dans la formation des professeurs des écoles, le jeu, le langage, les nombres, ou encore l’introduction à quelques aspects des sciences. Elle formule également des propositions et des recommandations pour aménager et compléter le programme en vigueur et pour clarifier et enrichir les attendus des enfants en fin d’école maternelle. 
Comme le Conseil le rappelle dans la présentation de la note « [l]es trois années de scolarité préélémentaire doivent assurer à tous les enfants des acquisitions qui leur seront nécessaires pour aborder avec confiance le cours préparatoire. […] Sans pour autant être l’antichambre de l’école élémentaire, l’école maternelle doit permettre à tous les enfants d’accéder sans difficulté préalable aux apprentissages fondamentaux ». C’est dans le respect de ces objectifs que le CSP a élaboré sa note. 
Note d’analyse et de propositions sur le programme d’enseignement de l’école maternelle